Lavillenie, toujours blessé, fait le point

Lavillenie, toujours blessé, fait le point©Media365

Thomas Siniecki, Media365 : publié le mardi 06 avril 2021 à 18h05

Renaud Lavillenie est en recherche de qualité et ne veut pas reprendre trop vite. Voilà les deux points essentiels à retenir de sa dernière - et toute fraîche - intervention médiatique, à moins de quatre moins des Jeux Olympiques.



Si Renaud Lavillenie s'est déchiré le mollet droit le mois dernier, alors qu'il allait attaquer l'Euro en salle, c'est parce qu'il a "pu remettre de l'intensité, ce qui n'était plus le cas depuis quatre ans". "Quand tu es à 80 %, tu ne te pètes pas, explique-t-il encore à L'Equipe. Tu ne te pètes qu'à 100 ou 101 % en explorant les limites de ton corps. Ça va me servir pour cet été." Dans le malheur du champion olympique 2012, c'est donc une forme de bonne nouvelle... Toujours en phase de rééducation, l'ancien recordman du monde (6,16 m) venait de passer 6,06 m chez lui, à Aubière, soit la troisième plus belle performance de sa carrière derrière les 6,08 m du 31 janvier 2014 à Bydgoszcz, et donc son record du monde deux semaines plus tard à Donetsk.

Il doit retrouver la compétition probablement début juin, à Pierre-Bénite, avant d'enchaîner éventuellement avec les Championnats de France à la fin du mois, puis peut-être Stockholm début juillet. Avant le grand voyage à Tokyo pour les Jeux Olympiques, bien sûr. "J'ai l'expérience suffisante pour ne plus avoir besoin d'aller chercher la confrontation en Ligue de diamant. Mais j'espère ne pas devoir me contenter de deux compétitions non plus... Sauf si je n'ai pas le choix. Plus que leur nombre, l'important sera de trouver de bonnes conditions pour que ces concours aient de l'intérêt. Faire 5,80 m dans des conditions médiocres ne m'apportera rien dans ma quête d'une médaille aux JO. Pour être prêt à aller chercher 6 m à Tokyo, il me faudra des concours du même standing." Avis aux amateurs...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.