Lancer du javelot : Spotakova prend sa retraite

Lancer du javelot : Spotakova prend sa retraite©panoramic, Media365

Aurélie SACCHELLI, Media365, publié le dimanche 11 septembre 2022 à 14h55

La Tchèque Barbora Spotakova, double championne olympique du lancer du javelot et recordwoman du monde, a annoncé qu'elle prenait sa retraite, à 41 ans.


C'est une légende du sport tchèque qui tire sa révérence. A 41 ans, Barbora Spotakova a décidé de ranger ses javelots, mettant ainsi fin à une immense carrière. « Tous les contes de fées ont une fin et le mien s'est terminé par un très beau happy end sous la forme d'une médaille de bronze aux Championnats d'Europe à Munich cet été, a expliqué Spotakova, lors d'une conférence de presse à Praque. Mon corps m'a fait savoir très clairement que c'était vraiment le moment d'arrêter ». La native de Jablonec est restée au plus niveau pendant quinze ans, et son palmarès est impressionnant, d'autant plus qu'elle s'est arrêtée deux fois pour la naissance de ses enfants. Sacrée championne du monde à Osaka en 2007 puis championne olympique à Pékin l'année suivante, elle a réussi un autre doublé Mondiaux-JO en 2011 et 2012, du côté de Daegu puis de Pékin. Elle a remporté un dernier titre de championne d'Europe en 2014 à Zurich et un dernier titre mondial en 2017 à Londres, le tout entrecoupé d'une médaille de bronze olympique à Rio en 2016. Pour finir en beauté, elle a décroché une médaille de bronze cet été aux championnats d'Europe de Munich, derrière la Grecque Elina Tzengko et la Serbe Adriana Vilagos, en lançant encore à 60,68m, à 41 ans. Depuis le 13 septembre 2008, Barbora Spotakova détient également le record du monde, avec un lancer à 72,28m réussi à Stuttgart, effaçant ainsi des tablettes la Cubaine Olisdeilys Menendez, qui avait lancé à 71,70m en 2005.

Spotakova : "Je veux être maman maintenant"

Maman de Janek depuis mai 2013 et de Darek depuis juillet 2018, Barbora Spotakova souhaite désormais passer plus de temps avec sa famille. « Je veux être maman maintenant. Les garçons ont 9 et 4 ans, et je sens qu'ils ont plus que jamais besoin de moi. Cela me rend plus heureuse quand ils font du sport que quand j'en fais moi-même. Au cours de la dernière année, j'ai dû beaucoup me surveiller pour rester en aussi bonne santé que possible, et la joie de l'athlétisme m'a manqué », a confié la Tchèque, qui souhaiterait désormais s'investir auprès des jeunes au sein de son club du Dukla Prague.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.