La FFA réagit vivement aux accusations de violences sexuelles

La FFA réagit vivement aux accusations de violences sexuelles©Media365

Rédaction Sport365, publié le lundi 02 avril 2018 à 13h20

La Fédération Française d'Athlétisme a officiellement réagi ce lundi suite aux révélations par le Monde de présumées violences sexuelles de deux entraîneurs, Giscard Samba et Patrice Machat. L'instance l'assure, elle "prend ces deux affaires très au sérieux".

Les révélations dimanche par Le Monde de possibles violences sexuelles commises par ses entraîneurs Giscard Samba et Patrice Machat sont « prises très au sérieux » par la Fédération Française d'Athlétisme, assure l'instance à travers un long communiqué publié ce lundi sur son site internet. « Les faits supposés pour chacune de ces deux affaires, s'ils sont avérés, vont à l'encontre de la dignité humaine et des valeurs que nous portons », rappelle la FFA qui annonce avoir en premier lieu retiré « toutes les missions de face à face pédagogique » à Pascal Machat. « Ainsi, ces deux affaires, différentes l'une de l'autre, ont donné lieu à la saisine sans délai de la commission de discipline qui se réunira en avril pour traiter l'affaire P. Machat et en mai pour l'affaire G. Samba », apprend-on.

Connu pour avoir eu les meilleurs athlètes français sous ses ordres comme Pascal Martino-Lagarde et Cindy Billaud (photo), Giscard Samba « est accusé d'un viol, en janvier 2017, par l'une de ses ex-athlètes, aujourd'hui âgée de 21 ans », écrit Le Monde. Patrice Machat aurait embrassé une jeune athlète Emma Oudiou (19 ans) dans le cou, avant de la prendre par les hanches et de lui caresser les fesses, le 26 juillet 2014 en marge de la finale du 3 000m steeple des Championnats du monde juniors à Eugene (Etats-Unis). « Des plaintes ont été officiellement déposées pour chacune des deux affaires. La justice doit pouvoir faire son travail dans les meilleures conditions. La Fédération souhaite que toute la lumière soit faite sur ces deux affaires et se constituera partie civile dans les prochains jours », peut-on lire.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU