L'impact du confinement sur les Français sportifs

L'impact du confinement sur les Français sportifs©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki : publié le vendredi 12 juin 2020 à 18h33

Les habitués de la course à pied et/ou du vélo ont forcément dû adapter leur pratique à l'occasion du confinement. Les premières données statistiques peuvent désormais être étudiées, en y incluant aussi la reprise à partir du 11 mai.



Les montres connectées Suunto ont livré leurs premières conclusions d'une étude statistique réalisée sur le comportement des Français sportifs, pendant et après le confinement. On y apprend déjà qu'environ trois quarts de ceux habitués à avoir une activité n'ont pas cessé pendant les 54 jours d'interdiction (entre 70 et 75%), du 17 mars au 11 mai. Sans surprise, la durée moyenne des entraînements a en revanche nettement diminué, ce qui suit les règles édictées par le gouvernement qui limitait à une heure la possibilité de réaliser de l'exercice physique en extérieur (dans un rayon d'un kilomètre autour de son domicile). Ainsi, les sessions de plus d'une heure et demie ont diminué de plus de moitié - elles pouvaient être effectuées à la maison.

Le nombre de pas a diminué

La durée privilégiée est donc devenue entre 30 minutes et une heure, et c'est logiquement la course à pied qui en a bénéficié, avec une augmentation de 7% des utilisateurs par rapport à la période avant le confinement. A son niveau, le vélo d'intérieur a aussi connu un joli coup de boost, évoluant environ de +5%. Mais, en toute logique également, le vélo extérieur a repris son envol depuis le 11 mai, son utilisation à ce moment-là ayant plus que doublé. Plus inquiétant en revanche, l'impact brutal de cette première semaine de déconfinement total (avec reprise de l'activité pour un certain nombre de secteurs professionnels, et la suppression de la règle des 100 kilomètres) sur la baisse spectaculaire du sport, et ce quelle que soit la discipline.

Pour la course à pied comme pour le vélo, les deux grandes activités des utilisateurs de ces appareils connectés, la chute d'environ 50% a ainsi été immédiate. Même chose pour le temps de sommeil, en corrélation évidente : monté à environ sept heures et 30 minutes de moyenne durant le confinement, il est redescendu ensuite à un peu moins de sept heures. Enfin, l'étude détaille aussi le nombre de pas des Français sportifs, qui a diminué dans la même veine, de 9 500 - 10 000 par semaine à 7 800 lors de la deuxième semaine de confinement (la dernière semaine de mars). En revanche, la longueur des activités (évoquée plus haut) a pu revenir à un niveau normal, et même bien plus : les sessions de plus d'une heure et demie ont doublé par rapport au mois de février.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.