Justice : Pistorius en liberté conditionnelle à partir de janvier

Justice : Pistorius en liberté conditionnelle à partir de janvier©panoramic, Media365

Aurélie Sacchelli, Media365, publié le vendredi 24 novembre 2023 à 14h06

Le multiple champion paralympique d'athlétisme Oscar Pistorius sera remis en liberté conditionnelle le 5 janvier, un peu moins de onze ans après le meurtre de sa petite amie Reeva Steenkamp.



Recalé en mars, Oscar Pistorius a cette fois obtenu ce qu'il voulait : sa liberté conditionnelle. Le sextuple champion paralympique d'athlétisme s'est présenté ce vendredi devant la commission en charge des libérations anticipées, dans sa prison située non loin de Pretoria, la capitale de l'Afrique du Sud. Et elle accepté sa demande, ce qu'elle avait refusé en mars dernier, pour une question de date (selon la loi sud-africaine, un condamné peut demander sa libération conditionnelle à partir de la moitié de sa peine, et la commission avait alors calculé selon la date de sa condamnation en appel, puis la Cour constitutionnelle a estimé qu'il fallait calculer selon la date de sa première condamnation). Oscar Pistorius pourra donc sortir de prison le 5 janvier 2024, soit un peu moins de onze ans après le meurtre de sa petite amie Reeva Steenkamp, survenu à leur domicile en février 2013. Il vivra alors dans la maison de son oncle, près de Pretoria. La famille de la victime, par la voix de sa mère June, a estimé que l'ancien athlète paralympique "ne s'était pas réhabilité en prison". "Je ne crois pas la version d'Oscar, selon laquelle il pensait que la personne dans les toilettes était un cambrioleur. En fait, je ne connais personne qui le croit", a-t-elle déclaré. La famille ne s'est toutefois pas formellement opposée à sa remise en liberté conditionnelle.

Pistorius complètement libre dans six ans

Les conditions de cette libération seront strictes. Oscar Pistorius ne pourra pas quitter le quartier de Waterkoof sans autorisation, et devra suivre une thérapie régulière ainsi qu'une thérapie et une formation obligatoires pour gérer ses problèmes de colère et sa tendance à la violence envers les femmes. S'il n'enfreint pas les règles de la libération conditionnelle, il deviendra un homme totalement libre le 1er janvier 2030, date de la fin de sa peine. Il aura alors 43 ans.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.