Heather Arneton : " Ma saison a été compliquée "

Heather Arneton : " Ma saison a été compliquée "©Media365
A lire aussi

Guillaume MARION, publié le mardi 07 août 2018 à 15h20

Alors que les championnats d'Europe d'athlétisme commencent ce lundi à Berlin, Heather Arneton, qualifiée de « future pépite française », est revenue pour sur sa saison et ses prochaines échéances, en marge d'une soirée organisée par Under Armour, son équipementier, sur les Champs-Elysées.

Heather Arneton, pour commencer, comment s'est passé votre été ?

D'abord, j'ai eu mon brevet donc j'étais contente. Ensuite, il y aurait dû avoir les championnats d'Europe en Hongrie, mais ma saison a été compliquée. Je suis en train de grandir, j'ai eu énormément de petits pépins sur mon corps. Je n'ai donc pas été en Hongrie. Du coup, je me suis dit que j'allais prendre ma revanche aux championnats de France cadets et tout donner. Je ne me suis entraînée qu'un mois avec peu de séances mais ça a payé, je suis championne de France !

A propos de votre cheville, elle vous gêne toujours ?

Non, c'est fini ! On a trouvé le problème (rires).

Comment avez-vous vécu ce titre de championne de France cadets ?

Je voulais vraiment aller aux championnats d'Europe... Mais vu que ce n'était pas possible, j'ai vraiment mis toute ma rage et mon énergie pour au moins avoir un titre ou une médaille. J'ai tout donné et ça paye malgré le peu d'entraînement.

Quelles sont du coup vos prochaines échéances cette saison ?

Là, je coupe et je reprends pour les prochaines compétitions en septembre jusqu'à celles en salle. Ensuite, il y aura les championnats du monde. Après, on verra le calendrier.

« Tout faire pour être présente à Paris en 2024 »


Vous venez d'avoir 16 ans, vous pouvez désormais concourir en seniors. Qu'est-ce que ça vous fait ?

J'ai hâte, car j'adore faire des compétitions avec des adultes. Ça sera vraiment, vraiment bien.

A très long terme, il y aura les Jeux Olympiques en 2024 à Paris, vous y pensez déjà ?

Bien sûr, comme à peu près tout le monde. C'est à Paris, ma famille pourra se déplacer en plus. Ce n'est pas comme si c'était dans un autre pays. En tout cas, je vais tout faire pour être présente.

Avant cela, il y a quelques belles échéances en 2019 et 2020...

Je prends mon temps, car même si les années passent super vite, c'est encore dans longtemps. Je ne me prends pas trop la tête, je fais les compétitions qui viennent petit à petit.

« Leslie est aussi là pour me surveiller »


Vous avez un statut de « pépite de l'athlétisme français », ce n'est pas trop pesant à votre âge ?

Non, grâce notamment à Leslie (ndlr : Djhone, son agent) qui s'occupe de moi. Puis, ça ne me déplaît pas surtout par rapport aux critiques qui arrivent. Ça, c'est dans la vie de tous les jours, pas que dans le sport. Je fais abstraction de ça et je continue ma vie comme si de rien n'était.

Justement, que vous apportent Guy Ontanon et Leslie Djhone au quotidien ?

Leslie, il fait énormément attention à moi, surtout sur les réseaux sociaux et dans la vie de tous les jours pour que je ne fasse pas des bêtises de mon âge. Il est aussi là pour me surveiller. Mon entraîneur, c'est pareil. Tout est cadré aux entraînements.

Vos entraîneurs essayent de vous tester sur d'autres disciplines, vous pouvez nous en dire plus ?

J'ai arrêté le triple saut à cause de mes chevilles, mais j'aime bien cette discipline. Je ne sais pas si je vais reprendre. Ça ne me déplairait pas en tout cas.

On parle également du 200 mètres pour vous ?

Je n'en ai pas fait spécialement pour le moment. Je pense que ça se fera, je verrai avec mon entraîneur et on en reparlera ensemble.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.