Gatlin gêné par une grave affaire de dopage autour de son coach

Gatlin gêné par une grave affaire de dopage autour de son coach©Media365

Joseph RUIZ, publié le mardi 19 décembre 2017 à 07h54

Des journalistes du Telegraph sous couverture se sont vus proposer des produits dopants par Dennis Mitchell, ancien coach de Justin Gatlin. Le champion du monde nie catégoriquement toute implication dans un système de dopage le concernant.

Devenu entraîneur, Dennis Mitchell, médaillé de bronze sur le 100 mètres des Jeux Olympiques 1992 et d'or sur le relais 4x100 mètres, est devenu sérieusement encombrant pour Justin Gatlin. Prétextant vouloir développer rapidement les capacités d'un acteur pour un film, des journalistes du Telegraph sont allés rendre visite à Dennis Mitchell en Floride sous caméras cachées. "Dennis Mitchell et un agent d'athlétisme ont offert de fournir et d'administrer de la testostérone et de l'hormone de croissance humaine pour un acteur, peut-on lire dans la longue enquête du quotidien d'information britannique. Les produits devaient être fournis par un médecin en Autriche. Le coût total du projet était de 250 000 $ (212 000€). Mitchell et l'agent, Robert Wagner, ont également été secrètement enregistrés affirmant que l'utilisation de substances interdites dans l'athlétisme était encore répandue, car ils décrivaient comment les tests de dopage positifs pouvaient être évités." Lundi soir, les représentants de Justin Gatlin ont annoncé avoir licencié Dennis Mitchell. "Renaldo Nehemiah, agent de Gatlin depuis 14 ans, a déclaré que Wagner n'avait travaillé que deux ou trois fois pour Gatlin et que le sprinter n'était pas présent lorsque des substances interdites étaient discutées avec l'agent ou l'entraîneur ", note The Telegraph. Une enquête est ouverte L'Unité d'Intégrité Athlétique (AIU), créée par l'Association Internationale des Fédérations d'Athlétisme (IAAF) et l'Agence Antidopage Américaine (USADA), a déclaré qu'ils avaient ouvert une enquête sur le sprinter, l'agent et le coach après avoir été mis au courant de l'enquête. Sebastian Coe, président de l'IAAF, a déjà réagi en estimant que "ces allégations sont extrêmement sérieuses et je sais que l'Unité indépendante d'intégrité athlétique enquêtera conformément à son mandat". Il est à noter que Dennis Mitchell a lui-même été banni après avoir été testé positif à la testostérone à la fin des années 90. "Bien qu'il n'y ait aucune preuve que le sprinter utilise actuellement des substances interdites pour améliorer sa performance, les affirmations de Wagner et son association avec lui et Mitchell sont susceptibles de conduire à des questions sur son jugement", conclut l'enquête du Telegraph.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU