Dopage : Le Conseil d'Etat déboute Clémence Calvin

Dopage : Le Conseil d'Etat déboute Clémence Calvin©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le jeudi 12 mars 2020 à 22h00

La demande de référé déposée par Clémence Calvin devant le Conseil d'Etat afin de retarder l'application de la suspension de quatre ans décidée à son encontre par l'AFLD a été rejetée.

Il n'y aura pas de retour à la compétition dans l'immédiat pour Clémence Calvin. L'athlète, suspendue pour quatre ans par la commission des sanctions de l'AFLD à la suite du contrôle antidopage auquel elle s'est soustraite à Marrakech en mars 2019, a depuis interjeté appel devant la plus haute juridiction administrative, le Conseil d'Etat, pour faire annuler cette sanction. Dans l'attente du jugement sur le fond de cet appel, la native de Vichy a déposé une demande en référé afin de retarder l'application de cette suspension courant jusqu'en 2023. Or, la décision de l'instance installée au Palais Royal n'est pas allée dans le sens voulu par Clémence Calvin au début de cette procédure.

Le Conseil d'Etat ne voit aucune urgence dans le cas Calvin

Après une audience organisée ce mardi, le Conseil d'Etat a donné ses conclusions ce jeudi, assurant que « la condition d'urgence prévue ne peut être regardée comme remplie ». De plus, l'instance a rejeté les éléments produits par Clémence Calvin et Samir Dahmani afin de se défendre. « Aucun des moyens que Mme Calvin (ou M. Dahmani) invoque à l'appui de ses conclusions et qui sont relatifs à la régularité de la procédure disciplinaire, à la faute qui lui est reprochée et à la durée de l'interdiction, n'est propre à créer, en l'état de l'instruction, un doute sérieux quant à la légalité de cette décision », précise le Conseil d'Etat. Une décision qui, de toute évidence, met en difficulté le dossier mis en place par la défense de Clémence Calvin, qui pourrait échouer dans sa tentative d'échapper à une lourde suspension.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.