Dopage : Le coach Alberto Salazar suspendu quatre ans

Dopage : Le coach Alberto Salazar suspendu quatre ans©Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, publié le mardi 01 octobre 2019 à 15h06

L'entraîneur américain d'origine cubaine Alberto Salazar a été suspendu quatre ans pour « incitation au dopage » par l'Agence américaine antidopage et s'est vu retirer son accréditation pour les Mondiaux de Doha.



Après la chaleur extrême et les sièges vides, c'est le spectre du dopage qui plane au-dessus des championnats du monde d'athlétisme de Doha qui, décidément, ne resteront pas dans les annales. L'entraîneur américain Alberto Salazar (61 ans) s'est en effet vu retirer son accréditation pour les Mondiaux, après avoir été suspendu quatre ans par l'Agence américaine antidopage pour « organisation et incitation à une conduite dopante interdite ». L'entraîneur basé dans l'Oregon et financé par Nike, est notamment accusé de trafic de testostérone, d'injection à un entraîneur d'un complément au-delà des doses autorisées (lors d'un test) et de tentative d'altération de preuves lors de l'enquête de l'Agence américaine antidopage (Asada).

Salazar est le coach de Sifan Hassan

Plusieurs athlètes présents à Doha sont entraînés par Salazar : les Américains Donovan Brazier et Clayton Murphy sur 800m, l'Ethiopien Yomif Kejelcha sur 10 000m, l'Allemande Konstanze Klosterhalfen sur 5 000m, l'Australienne Jessica Hull sur 1 500m, l'Américain Craig Engels sur 1500m, et bien sûr la Néerlandaise Sifan Hassan, sacrée championne du monde samedi dernier sur 10 000m. Toutefois, aucun des athlètes coachés par Salazar n'a encore été contrôlé positif. « Je suis choqué par les décisions annoncées. Durant toute cette enquête de l'Usada, mes athlètes et moi avons subi des méthodes injustes et contraires à l'éthique. Le Projet Oregon n'a jamais permis et ne permettra jamais le dopage. Je vais faire appel », a réagi Salazar dans un communiqué. Le Britannique quadruple champion olympique du 5000m et 10 000m Mo Farah (36 ans), qui avait quitté Salazar en 2017, a également réagi à cette suspension : « Je suis soulagé que l'Asada, après quatre ans, ait achevé son enquête sur Alberto Salazar (...) J'ai quitté le Nike Oregon Project en 2017 mais j'ai toujours dit que je n'avais aucune tolérance envers ceux qui enfreignent les règlements où franchissent la ligne. »

Vos réactions doivent respecter nos CGU.