Dopage : La justice s'intéresse aux activités de Clémence Calvin

Dopage : La justice s'intéresse aux activités de Clémence Calvin©Media365
A lire aussi

Mathieu WARNIER, publié le jeudi 12 décembre 2019 à 15h34

Suspendue pour quatre ans par l'AFLD tout comme son compagnon Samir Dahmani, Clémence Calvin a vu le parquet de Marseille ouvrir une enquête à leur sujet pour une possible infraction à la réglementation sur les produits dopants.

Les ennuis ne sont pas terminés pour Clémence Calvin et son compagnon Samir Dahmani. Suspendus tous deux pour quatre ans par l'Agence Française de Lutte contre le Dopage pour s'être soustraits à un contrôle antidopage le 27 mars dernier à Marrakech, des sanctions pour lesquelles l'athlète et son compagnon ont déjà décidé de saisir le Conseil d'Etat, c'est la justice qui s'intéresse de près à leurs activités. En effet, selon une information dévoilée ce jeudi par le quotidien Le Monde, le parquet de Marseille a ouvert une information judiciaire à l'encontre de Clémence Calvin et de Samir Dahmani. Le pôle santé public a désigné un juge d'instruction le 7 octobre dernier afin d'enquêter sur de possibles infractions comme « l'acquisition, la détention, le transport, la prescription, l'offre, la cession » de produits dopants mais également l'« offre et la cession de substances classées comme vénéneuses ».


Une ordonnance vierge à l'origine de l'affaire

L'ouverture de cette information judiciaire par le parquet de Marseille est une conséquence directe des perquisitions effectuées à la suite du contrôle antidopage manqué au Maroc au domicile de l'athlète et de son entraîneur à Martigues. Selon une source proche de l'enquête citée par le quotidien Le Monde, si aucun produit dopant n'a été trouvé, les enquêteurs de l'Office Central de Lutte contre les Atteintes à l'Environnement et à la Santé Publique (OCLAESP) ont saisi une ordonnance médicale vierge de toute prescription. Un document qui aurait pu permettre à Clémence Calvin et Samir Dahmani de se procurer des produits potentiellement dopants sans avoir à en référer à un médecin. A cela s'ajoute la saisie d'un matériel permettant des injections par intraveineuse et des quantités non négligeables de comprimés de fer. Les enquêteurs de l'OCLAESP ont également mis au jour un compte bancaire au Maroc appartenant au couple. « Les sommes qui y circulent sont importantes, démesurées par rapport aux revenus supposés du couple », assure cette source. Des éléments qui pourraient jeter un peu plus le discrédit sur Clémence Calvin dans une affaire qui s'épaissit de plus en plus.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.