Divers : Sombre affaire entre Farah et Gebreselassie

Divers : Sombre affaire entre Farah et Gebreselassie©Media365

Gabriel Vanhoutte, publié le jeudi 25 avril 2019 à 13h35

De vives tensions ont éclaté ces dernières heures entre les deux légendes de l'athlétisme Mo Farah, quadruple médaille d'or, et Haile Gebreselassie, double médaille d'or. En cause une sombre affaire de vol, et de comportement inadapté dans l'hôtel éthiopien de Gebreselassie qui aurait rendu fou le Britannique.

Le torchon brûle dans le monde du fond. Présent à Londres pour le marathon ce dimanche, le coureur britannique Mo Farah a raconté un épisode malencontreux de sa préparation au Guardian. En Ethiopie le mois dernier pour sa préparation, le sextuple champion du monde avait logé dans l'hôtel de Haile Gebreselassie, autre légende de l'athlétisme. Absent durant la journée, Farah aurait eu à l'entendre la désagréable surprise de s'être fait voler une montre, 2 500 livres et plusieurs téléphones. Il aurait alors essayé de contacter Gebreselassie, propriétaire de l'établissement, mais l'Ethiopien n'aurait pas répondu, relate le Guardian. Une version que n'a guère acceptée l'intéressé.

La montre de la discorde

Au quotidien britannique, Farah raconte : « Le vol a eu lieu le jour de mon anniversaire. J'étais parti pour une course du dimanche matin (...) Quand je suis revenu, vers 16h30, j'ai remarqué que mon sac était ouvert. » Parmi les éléments volés, une montre, cadeau de son épouse, reste notamment en travers de la gorge du Britannique. « Cette montre est un objet sentimental, elle ne pourra pas être remplacée » s'est insurgé le champion olympique, qui « veut que Haile prenne ses responsabilités ».

Gebreselassie accuse Farah d'agression 

Du côté du double médaillé d'or olympique et propriétaire de l'hôtel, la pilule ne passe pas non plus. Au-delà de se défendre des accusations d'avoir pris à la légère le forfait commis à l'encontre de Farah, le champion éthiopien a accusé à son tour l'athlète britannique d'avoir agressé un couple dans la salle de gym de l'établissement. Dans le Guardian ce jeudi, l'ex-athlète et propriétaire des lieux relate une nouvelle histoire édifiante. «  Farah a dit au mari : "pourquoi me suivez-vous ?" et l'homme a répondu qu'il ne le suivait pas. Immédiatement, Farah a frappé le couple, leur a donné des coups de pied, surtout au mari. Il y avait de nombreux témoins, il ne peut pas nier. » Un incident lors duquel l'Ethiopien assure avoir été d'une précieuse aide au coureur britannique : « Grâce à mon rôle de médiation auprès de la police, les charges criminelles qui pesaient sur lui ont été levées. J'ai du insister parce la police voulait l'arrêter. » Gebrselassie rajoute enfin que la star de l'athlétisme aurait refusé de payer son séjour, estimé à 3 000 dollars. Il affirme aussi avoir reçu « de nombreuses plaintes concernant son comportement inapproprié, ce qui n'était pas attendu de la part d'un individu de son calibre, ainsi que de son entourage, par l'intermédiaire » du staff de l'hôtel.

Farah renvoie la balle

Dernier à parler lors de ce feuilleton qui n'en est peut-être pas au terme de ses épisodes, Farah, via ses porte-paroles, a contesté le communiqué de l'Ethiopien. Accusé de ne pas avoir pris les mesures de protection nécessaires, il a affirmé avoir commandé un coffre-fort, le sien étant « défectueux ». Et de conclure en avançant que « l'hôtel a reconnu sa responsabilité après le rapport de police, offrant même de payer le montant volé avant qu'il ne soit obligé de changer d'hôtel très rapidement. » Un règlement de compte en bonne et due forme, les pointes en moins.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.