Divers : Pistorius pourrait sortir de prison

Divers : Pistorius pourrait sortir de prison©Media365
A lire aussi

Thomas Siniecki, Media365 : publié le mardi 09 novembre 2021 à 16h59

Une libération conditionnelle est envisagée pour Oscar Pistorius, conformément aux lois sud-africaines qui le permettent une fois que la moitié de la sentence est purgée (en l'occurrence six ans et demi, sur un total de treize années).



Oscar Pistorius est en prison depuis janvier 2015, à la suite du meurtre de sa petite amie Reeva Steenkamp à leur domicile en février 2013 - ce qu'il a toujours nié, assurant qu'il avait tiré à travers la porte des toilettes en pensant qu'il s'agissait d'un cambrioleur entré chez lui. Ayant purgé plus de la moitié de sa peine de treize ans, le multiple champion paralympique peut désormais demander une libération conditionnelle. Les dirigeants pénitentiaires, en charge de cette procédure, doivent d'abord s'entretenir avec Oscar Pistorius mais aussi avec la famille de la victime. "Ce dialogue doit avoir lieu avant que son dossier puisse être présenté à la commission de libération conditionnelle, c'est un processus assez sensible et remuant", prévient le porte-parole Singabakho Nxumalo pour l'AFP.

Tania Koen, l'avocate de la famille Steenkamp, calme le jeu en apportant des précisions : "Il n'a pas automatiquement le droit d'être libéré. Certaines exigences n'ont pas été remplies, la commission a suspendu le processus et attend des rapports nécessaires. Mais au-delà de ce choc, ils sont désemparés, surtout après l'annulation de cette réunion. C'était un double coup dur, ça rouvre la plaie." Oscar Pistorius est placé dans une aile médicalisée en raison de son handicap, ce qui lui permet d'échapper à l'extrême violence des prisons en Afrique du Sud. En août 2016, il n'en avait pas moins été placé sous surveillance anti-suicide. L'athlète, hospitalisé, s'était en effet tailladé les veines et des lames de rasoir avaient été retrouvées près de son lit (d'après les informations alors relayées par City Press).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.