Championnats du monde : Zhoya rêve d'une médaille sur 110m haies

Championnats du monde : Zhoya rêve d'une médaille sur 110m haies©Panoramic, Media365

Aurélie SACCHELLI, Media365, publié le dimanche 26 juin 2022 à 11h47

Grand espoir de l'athlétisme français, Sasha Zhoya est devenu champion de France du 110m haies le jour de ses 20 ans, et il rêve d'une médaille pour ses premiers championnats du monde, le mois prochain à Eugene.


Depuis des années, il est présenté comme la pépite de l'athlétisme français, qui a tout pour exploser lors des Jeux Olympiques de Paris en 2024. Depuis ce samedi, jour de ses 20 ans, Sasha Zhoya est entré dans le grand monde, en décrochant son tout premier titre de champion de France chez les seniors, sur 110m haies. Après avoir longtemps hésité avec le saut à la perche, discipline où il a brillé en cadets (champion de France en salle et champion d'Australie en plein air de la discipline, record à 5,56m établi en 2019), celui qui est né en Australie, d'un père zimbabwéen et d'une mère française, et a décidé de défendre les couleurs de la France depuis 2020, a choisi de se consacrer aux haies. Et samedi lors des championnats de France de Caen, il a remporté la finale du 110m haies en 13"17, record personnel, ce qui fait de lui le sixième performeur français de l'histoire, pour sa cinquième course sur ces obstacles de 106 cm de haut. Après avoir réussi 14"13 pour ses débuts à Grosseto en mai, puis 13"48 à Genève, 13"40 à Paris et 13"24 en séries des championnats de France, Zhoya a amélioré son record et le voici désormais sixième meilleur performeur mondial de l'année et premier Européen. Autant dire que pour ses premiers Mondiaux, à Eugene du 15 au 24 juillet, le hurdleur français ne manquera pas d'ambitions.

Zhoya : "Je ne veux pas trop de pression"

« Franchement je suis soulagé, il y a beaucoup de stress qui est parti, confiait-il samedi après sa victoire. Maintenant, je peux faire un mois d'entraînement, 'taffer' sans avoir dans la tête que j'ai besoin de faire les minimas. Là, j'ai ma place sécurisée. Là, je retourne à l'Insep. Je fais une infiltration au genou (ménisque fissuré il y a deux semaines à Genève, ndlr), comme ça je peux être à 100%. Après, ça va être 'taffer, taffer, taffer'. Probablement pas de compétition jusqu'aux Mondiaux. Et faire un bon truc là-bas. Ça va être mes premiers Championnats. Je vais y aller pour l'expérience, mais je suis quelqu'un qui veut quand même la médaille... Même si avec ce chrono, ça me met un peu plus haut dans la hiérarchie, j'ai quand même attaqué, et je ne veux pas trop de pression. Alors je vais y aller avec du relâchement, pas d'objectif trop haut, je vais rester calme. » Les Américains et les Jamaïcains, qui trustent les premières places sur la discipline cette année, sont prévenus. Le prodige français est prêt à tout casser !

Vos réactions doivent respecter nos CGU.