Championnats du monde : Mohamed Farah remporte le titre mondial sur 10 000m

Championnats du monde : Mohamed Farah remporte le titre mondial sur 10 000m©Media365
A lire aussi

Arthur Merle, publié le vendredi 04 août 2017 à 21h19

Mohamed Farah a remporté la médaille d'or du 10 000m, lors des Championnats du monde d'athlétisme à Londres ce vendredi. Avec un chrono en 26'49"51, le Britannique a devancé Joshua Kirprui Cheptegei (26'49"94) et Paul Kipngetich Tanui (26'50"60).

C'est le premier happy end de ces championnats du monde londoniens. Mo Farah a remporté son troisième titre mondial consécutif sur 10 000m, ce vendredi, en signant la meilleure performance mondiale de l'année sur la distance avec un chrono en 26'49"53. Le Britannique a d'abord maîtrisé des rivaux qui rêvaient de le faire tomber avant de prendre véritablement les devants dans le dernier kilomètre. Alors qu'il a demandé l'aide du public en pleine course et qu'il est passé proche de la chute à deux reprises en fin de course, le Britannique a remporté son dixième titre international, et sa huitième victoire consécutive dans une compétition majeure. L'Ougandais Joshua Cheptegei repart de son côté avec la médaille d'argent (26'49"94), alors que le Kényan Paul Tanui prend le bronze en 26'50"60.



Sur 1500m, les favorites ont assumé l'étiquette qu'elles ont sur le front ce vendredi, lors des Championnats du monde d'athlétisme à Londres. En effet, l'Ethiopienne Genzebe Dibaba et la Sud-Africaine Caster Semenya ont signé les deux meilleurs temps des séries, respectivement en 4'02"67, et 4'02"84. Le tout sans vraiment avoir à forcer. La deuxième série a été beaucoup plus lente, avec un meilleur temps réalisé par la Néerlandaise Siban Hassan (4'08"97). Dans la troisième série, c'est la Kényane Faih Kipyegon qui est allée le plus vite, en 4'03"39. Tout ce petit monde se retrouvera en demi-finale.


Sur le saut en longueur, le Tchèque Radek Juska a réalisé la meilleure performance des qualifications, avec un saut à 8,24m. Derrière lui, le Cubain Maykel Masso a signé la deuxième performance à 8,15m, suivi de très près par le Sud-Africain Ruswahl Masso, à 8,14m. Ça passe aussi pour le compatriote de ce dernier, Luvo Manyonga (8,12m), tout comme pour l'Américain Jarrion Lawson (8,05m), qui sera également parmi les douze qualifiés présents pour la finale de samedi soir. Jeff Henderson (7,84m) n'a de son côté pas réussi à décrocher son ticket pour la suite.

Ça coince pour les Français 
Du côté des Français, hormis la satisfaction Jimmi Vicaut sur 100m, tout n'a pas été rose en ce vendredi soir. Dans le saut à la perche, Ninon Guillon-Romarin n'a réalisé que la 20eme performance des deux groupes de qualifications, avec un saut à 4,20m. "J'étais bien dedans, je me sentais en forme mais il a manqué quelques réglages. Il va falloir que j'apprenne à gérer des longues saisons comme ça. J'ai un pic de forme début juin en passant 4,60m deux fois et c'est la première fois que je saute si loin dans la saison. Je dois acquérir une vraie régularité. Il y avait un peu de vent mais ce n'était pas forcément gênant. Je suis un peu déçue forcément", s'est-elle exprimée. La Grecque Ekaterini Stefandi a été la meilleure, en 4,60m sur son unique essai.

En ce qui concerne le lancer de disque, Lolasson Djouhan a terminé 13eme avec un lancer à 63,21m lors de son deuxième essai, derrière la 12eme et dernière place qualificative. Le Français l'avait mauvaise à l'issue de l'épreuve: "Deux centimètres (ce qui lui a manqué pour accéder à la finale), ça fait mal. Je suis venu pour apprendre. C'était mon premier championnat. J'aurais pu faire des cages, faire 60m parce que j'étais crispé comme un malade. J'ai essayé de me battre comme j'ai pu. Ça n'est pas nul mais au niveau que j'ai, j'espérais faire mieux". Le Suédois Daniel Stahl a été le plus fort des qualifications, avec un lancer à 67,64m lors de son deuxième essai.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU