Championnats du monde : Almaz Ayana décroche la médaille d'or sur 10000m

Championnats du monde : Almaz Ayana décroche la médaille d'or sur 10000m©Media365
A lire aussi

Arthur Merle, publié le samedi 05 août 2017 à 21h10

L'Ethiopienne Almaz Ayana a décroché la médaille d'or sur 10000m lors des Championnats du monde d'athlétisme disputés à Londres. Le tout avec une avance de 46 secondes sur Tirunesh Dibaba, deuxième.

Après un départ plutôt tranquille, Almaz Ayana a totalement survolé le 10000m femmes, samedi, lors des Championnats du monde de Londres, en établissant la meilleure performance mondiale de la saison. Avec un chrono en 30'16"32, l'Ethiopienne est arrivée 46 secondes avec sa compatriote Tirunesh Dibaba, qui a tout de même signé son meilleur temps de la saison en 31'02"69. La Kényane Agnes Tirop a de son côté décroché le bronze et établi son nouveau record personnel, en 31'03"50.


Journée décevante pour Nana Djimou
Antoinette Nana Djimou a grappillé quelques places lors du lancer de poids, troisième épreuve de l'heptathlon dans ces Mondiaux de Londres. Grâce à un deuxième jet mesuré à 14,61m, la Française a terminé 7eme du concours, loin derrière la Belge Nafissatou Thiam (15,17m sur son premier essai) et est donc remontée à la 12eme place du classement général en attendant le 200m. Mal partie sur 100m haies puis sur saut en hauteur (1,71m) plus tôt dans la journée, Nana Djimou comptait alors 2578 points, à 206 points du podium.


Sa dernière épreuve de la journée, le 200m, n'a pas été de nature à la rassurer. Malgré un bon départ, la Française a totalement craqué à 150m pour finir 7eme et avant-dernière de sa série en 25"17, soit le 24eme temps au total. En cette fin de première journée de l'heptathlon, elle compte 3629 points en 16eme position du classement général, très loin derrière l'Allemande Carolin Schäfer, première avec 4036 points. « Je ne comprends pas du tout cette journée. Je pensais être vraiment en forme et en fait, les performances me montrent le contraire, donc je ne comprends pas. Je me suis dit « l'heptatlon c'est comme ça, ça ne se passe pas toujours comme on a envie ». Donc je me suis dit que ce n'était pas terminé, qu'il restait des épreuves. Mais là, ça fait mal. Comme je l'avais dit, l'épreuve qui me faisait le plus peur cette année était le saut en hauteur. C'est la seule épreuve que j'appréhendais mais en fait...c'est toutes les épreuves. C'est vrai qu'il reste une deuxième journée mais la première est importante. Je vais quand même tout donner », a-t-elle déclaré, avant de reprendre : « C'est dommage parce que les filles, je ne vais pas dire qu'elles n'étaient pas top, mais les performances étaient à ma portée. C'est pour ça, je suis frustrée », a-t-elle déclaré sur France 2 en fin de journée.


 
Gudzius sacré sur lancer de disque 
Le premier titre de ce samedi est revenu à Andrius Dudzius, médaillé d'or sur lancer de disque grâce à une marque à 69,21m sur son deuxième essai. En plus de ce premier titre international, le Lituanien en a profité pour établir son nouveau record personnel. Le Suédois Daniel Stahl, favori car auteur de la meilleure performance mondiale de l'année (71,29m), a dû se contenter de la médaille d'argent, avec un lancer à 69,19 sur son deuxième essai. La médaille de bronze revient elle à l'Américain Mason Finley, auteur d'un jet à 68,03m, lui aussi sur son deuxième essai. Avec, là-encore, un nouveau record personnel à la clé.

Manyonga, roi du saut en longueur 
En l'absence du champion du monde en titre, forfait avant ces Mondiaux, et du champion olympique en titre, éliminé dès les qualifications, le meilleur performeur mondial de l'année Luvo Manyonga a honoré son statut de favori de la finale du saut en longueur. Le Sud-Africain a atteint les 8,48m pour décrocher l'or, devant l'Américain Jarrion Lawson (8,44m) et l'autre Sud-Africain Ruswahl Samaai (8,32m).

 
Petite frayeur pour Genzebe Dibaba
L'épreuve du 1500m connaît ses finalistes. Faith Kipyegon a été la plus rapide ce samedi, lors des demi-finales, dans le cadre des Mondiaux de Londres. La Kényane a décroché sa place en finale grâce à un chrono en 4'05"54, devant la Britannique Laura Muir (4'03"64), la Néerlandaise Sifan Hassan (4'03"77), et la Sud-Africaine Caster Semenya (4'03"80). En revanche, la tenante du titre Genzebe Dibaba, très en forme vendredi dans les séries, a eu très chaud. L'Ethiopienne n'a terminé que 6eme de sa série, en sachant que seules les cinq premières étaient directement qualifiées. Au final, son chrono de 4'05"33, le 8eme meilleur temps au total, lui a permis de se qualifier en finale.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU