Certaines athlètes devront baisser leur taux de testostérone

Certaines athlètes devront baisser leur taux de testostérone©Media365

Yannis Dakik, publié le jeudi 26 avril 2018 à 15h32

Jeudi, la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) a annoncé que certaines athlètes devraient baisser leur taux de testostérone afin de participer aux épreuves internationales du 400 mètres au mile. La nouvelle règle entrera en vigueur dès le 1er novembre 2018.

Certaines athlètes dont Caster Semenya, championne olympique sud-africaine du 800 mètres, devront baisser leur taux de testostérone pour participer au 400 m au mile a annoncé jeudi l'IAAF. Cette décision, qui entrera en vigueur le 1er novembre 2018, fait suite à une étude dirigée par l'IAAF elle-même, prouvant que les athlètes intersexuels sont avantagés grâce à la production excessive de testostérone. Dutee Chand, sprinteuse indienne aux résultats inférieurs à Semenya, avait fait une réclamation auprès du Tribunal arbitral du sport (TAS). L'IAAF a insisté sur le fait de « préserver l'égalité des chances au sein des compétitions d'athlétisme » en justifiant que « le présent règlement a pour unique finalité de garantir une compétition juste et pertinente au sein de la catégorie féminine, au profit de l'ensemble des athlètes féminines. Il n'a aucune visée de jugement ou de remise en question de l'identité sexuelle ou de genre d'une athlète, quelle qu'elle soit. Au contraire, l'IAAF considère essentiel de respecter et de préserver la dignité et la vie privée des athlètes présentant une DSD » a ajouté l'organisation sur le site officiel.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU