Tours, ça repart très fort

David Konecny a été intraitable face aux Rennais. (LNV)

David Konecny a été intraitable face aux Rennais. (LNV)

Champion de France en titre, le Tours Volley-Ball a profité du retour de la Supercoupe pour ajouter un trophée à son palmarès, ce mardi, au sortir d’un succès maîtrisé face au Rennes Volley 35, le vainqueur de la Coupe de France (3-1 ; 28-30, 25-16, 25-17, 25-16). De bon augure à quelques jours du début des hostilités en Ligue AM.

Malgré un effectif sensiblement bouleversé durant l’intersaison, avec dix arrivées pour autant de départs confirmés, le TVB a montré qu’il restait LA référence du volley-ball hexagonal en ne laissant aucune chance aux Rennais de venir contester sa domination lors de la Supercoupe de France, qui après six ans d’absence, faisait son retour, mardi, à Grenon. Etrillés par ces mêmes Bretons en demi-finale de la dernière Coupe de France (0-3), les Tourangeaux ont pris là une cinglante revanche et remis les pendules à l’heure face aux protégés de Boris Grebennikov (3-1), ajoutant au passage une deuxième Supercoupe à leur palmarès, après celle glanée en 2005 face à l’AS Cannes (3-0). De quoi aborder  le premier match de championnat face à Chaumont, samedi, avec le plein de confiance.

"C’est un trophée à gagner. On a un peu plus de pression parce qu’on est chez nous. Mais on fait face à une bonne équipe de Rennes qui a beaucoup d’atouts". Prudent Mauricio Paes au moment d'aborder ce premier test face à l’outsider rennais. A raison, puisque ses poulains laisseront filer la première manche au terme d’un suspense haletant (28-30). Les craintes de l‘entraîneur allaient néanmoins rapidement s’estomper, ses protégés, mieux organisés et plus solidaires dans l’effort, remettant les compteurs à égalité, au terme d’un set survolé, sous l’impulsion d’un David Konecny toujours aussi incisif et décisif en bout de filet (25-16).

Revigorés, les Tourangeaux laisseront entrevoir davantage de variété dans les différents compartiments de jeu et s’offriront logiquement la troisième manche devant des Bretons désordonnés et quelques peu médusés par la tournure des évènements et l’état de grâce du pointu tchèque (25-17). Le troisième acte ne sera d'ailleurs que démonstration de la part d’un collectif tourangeau (déjà) bien huilé (25-16) qui aura lancé un premier message à des adversaires qui espéraient chambouler la hiérarchie en place. "Ce premier titre va nous faire du bien et nous donner une grande confiance avant le début du championnat", savourait Jean-François Exiga, à l'issue du match, devant les caméras de Ma Chaîne Sport.