Tours n'a rien pu faire 

David Konecny a pesé, en vain. (LNV)

David Konecny a pesé, en vain. (LNV)

Déjà dominé par le ZAKSA Kedzierzyn-Kozle (3-0) le 23 octobre en Pologne à l'occasion de la première journée de la phase de groupes de la Ligue des champions de volley-ball, Tours s'est logiquement incliné devant Trentino Diatec (0-3) ce jeudi soir dans une Salle Robert Grenon pleine à craquer mais vite réduite au silence. Au classement de la poule C, le TVB, champion de France en titre, est avant-dernier.   

Sète et Tours, même combat ! Comme l’Arago hier mercredi, le TVB a été battu lors de la deuxième journée de la Ligue des champions de volley-ball masculin. Comme l’Arago à Coni (3-0) – où joue notamment Earvin N'Gapeth –, le TVB s’est incliné devant une équipe italienne, Trentino Diatec (0-3) en l'occurrence. Et, pour finir, comme l’Arago, leader de Ligue AM, le TVB, champion de France en titre, est fanny en termes de point après deux rencontres sur la scène continentale et autant de défaites. On peut l’écrire – Mauricio Paes nous a donné la permission –, les Tourangeaux, avant-derniers de la poule C, sont d'ores et déjà pratiquement hors course en vue de la qualification pour les play-offs à 12 de la C1. Comme les Sétois.

Parlons uniquement de Tours à présent. Face à Trentino Diatec (25-19, 25-16, 25-23), ce jeudi soir, le TVB a tout de suite été mené au score. Direct ! Les Tourangeaux ont (tout ?) essayé, n’ont pas démérité, mais ont été étouffés. Ni plus ni moins. En parlant de plus: Trente, c’est un palmarès plus important que le club d'Indre-et-Loire (4 championnats du monde des clubs, 3 Ligue des champions), un budget plus important aussi (environ 2,5 fois supérieur), une formation plus puissante enfin à l’image d’Osmany Portuondo Juantorena, 2,01 mètres, élu homme du match par la Confédération européenne (CEV) grâce, en particulier, à ses 16 unités inscrites. "La petite faiblesse est peut-être qu’ils sont tellement intouchables qu’ils pensent venir nous écraser", espérait l’entraîneur du Tévébé la veille. Son (seul ?) espoir a vite été anéanti.

En 79 minutes pour être précis. En réalité, la formation dirigée par Radostin Stoychev, ancien joueur de Tours, a fait preuve de concentration, d’application et donné le sentiment à une Salle Robert Grenon pleine à craquer mais vite réduite au silence qu’elle pouvait accélérer à n'importe quel moment. L'unique fois où David Konecny (16 points) et ses petits coéquipiers ont freiné les Italiens, c’est sur leurs balles de match. Au total, quatre ont été sauvées par les Tourangeaux et une autre par l’arbitre Geert Blyaert, lequel a estimé fausse une attaque qui avait pourtant atterri dans les limites du terrain. Et puis, derrière, le service de Nuno Pinheiro a fini sa course dans le filet... Regrettable mais logique, comme le match en lui-même du point de vue français.

en images
Tout Va Bien ! Et à la fin, les Cannoises lèvent les bras... Au-dessus du lot