Tours en a-t-il les moyens ?

Tours aura besoin d'un grand David Konecny face à Kedzierzyn. (Icon Sport)

Tours aura besoin d'un grand David Konecny face à Kedzierzyn. (Icon Sport)

Peu inspiré face à Beauvais le week-end passé en championnat, le TVB devra montrer davantage sur le terrain de Kedzierzyn-Kozle, dimanche, à l'occasion de la 1ère journée de la Ligue des champions. Mais la tâche ne s'annonce guère aisée face aux coéquipiers d'Antonin Rouzier.

Le calendrier européen n’a pas été tendre avec le Tours Volley-Ball qui, non content d’avoir été intronisé dans un groupe C de tous les dangers, également composé par Kedzierzyn-Kozle, Trentino et l'Etoile Rouge de Belgrade, s’est vu infliger un déplacement des plus périlleux en terres polonaises pour sa première apparition en Ligue des champions. La tâche s’annonce d’autant plus délicate que le champion de France en titre a laissé entrevoir d’inhabituels errements en championnat, le week-end passé, face à Beauvais (3-2), et aurait même pu concéder son premier revers de la saison si David Konecny n’avait pas à nouveau endossé le costume de "superman" (24 points).

"C'est un hold-up", concédera volontiers Pascal Foussard, après coup. "Il nous faut du temps, mais on n'a pas le temps. Cela fait un mois que je dis que la coupe d'Europe arrive trop tôt et on le voit, elle arrive effectivement trop tôt. Maintenant, on ne va pas se plaindre, c'est comme ça", ajoute le manager du TVB dans les colonnes de La Nouvelle République, conscient de l’ampleur de la tâche qui attend ses protégés dans le pays du volley et du fait que ces derniers sont loin d’avoir réglé tous leurs automatismes. "Cela aurait été bien pour le volley-ball français que la Ligue fasse en sorte que l'on soit sur un rythme d'un match par semaine, surenchérit Mauricio Paes. En Pologne et en Italie, ils ne sont pas sur de tels rythmes. Certaines fédérations décalent les matchs, nous, c'est tout l'inverse".

S’il sait ses protégés encore loin de leurs aptitudes physiques et techniques maximales, le technicien brésilien se veut confiant et ambitieux à l’aube de ce premier choc européen face aux coéquipiers d’Antonin Rouzier. "Mardi, ce sera complètement différent. Même si Kedzierzyn est au moins égal voire supérieur au service à Beauvais et plus fort au contre. Mais ce n'est pas parce qu'on a été accroché par Beauvais que c'est inquiétant pour mardi. L'état d'esprit lui est très encourageant", souffle le coach du TVB. Pas sûr pour autant que cela ne suffise à enrailler la machine polonaise. Reste que la Ligue des champions a le pouvoir de transcender les outsiders faces aux favoris. Alors, Tours, cap ou pas cap ?