Hardy-Dessources: "Pas mal de challengers"

Gerald Hardy-Dessources savoure son retour à Tours. (LNV)

Gerald Hardy-Dessources savoure son retour à Tours. (LNV)

Alors qu’il avait quitté le Tours Volley-Ball en 2007, Gerald Hardy-Dessources, après un passage à Cannes et Latina, en Italie, a effectué son retour au pays, et retrouvé les rangs du champion de France en titre. Un "come-back" qui réjouit l’international français qui ne cache pas ses ambitions. Entretien.

Gerald, pouvez-vous revenir sur votre courte expérience italienne au Top Volley Latina ?
Ça s’est très bien passé. C’est le meilleur championnat auquel j’ai participé. Il y a beaucoup d’internationaux qui jouent en Italie. C’est très agréable. Ça fait un moment que je suis sur le circuit donc je les connais plus ou moins tous. C’est intéressant de se frotter tous les week-ends à de belles équipes. J’ai réalisé un bon début de saison, ensuite j’ai été blessé au poignet et ça m’a freiné. J’ai dû arrêter prématurément. C’est la vie, c’est comme ça. Il faut retenir le positif. J’étais venu pour montrer ce que je savais faire. Je n’ai malheureusement pas pu faire une saison complète.  Mais ça m’a quand même permis de progresser.

Cinq après votre départ de Tours, vous revoilà en Indre-et-Loire ? 
Ca faisait quelques années que j’avais des propositions de Tours pour revenir. Ça m’a plu de revenir parce qu’il y avait un challenge. J’avais envie de jouer le titre et la Ligue des champions à nouveau avec Tours. Ca me manquait puisqu’en Italie, je jouais dans une équipe de milieu de tableau. Là je vais jouer dans un effectif de qualité, j’avais envie de regoûter à ça.

A peine avez-vous abordé la compétition avec le TVB que vous voilà déjà avec un titre en poche.
Oui, ça fait plaisir. C’est bien de l’avoir gagné. Le collectif n’est pas encore rodé, mais c’est normal car on est en début de saison. On était un peu tendu durant le premier set (face à Rennes, ndlr). Mais on a montré qu’on avait une belle capacité de réaction même si on n’était pas au top. On va continuer à travailler. Il y a de bons joueurs, il y a eu un très bon recrutement. En tout cas, cette première victoire est intéressante pour la suite. Même si les gros objectifs sont devant nous.

Justement, quelles sont les priorités du TVB cette saison ?
A Tours, on joue sur tous les tableaux. Il faut quoiqu’il arrive viser la gagne. Le challenge annoncé est déjà de garder notre titre de champion de France. La Coupe de France est aussi un objectif. Il n’y a pas beaucoup de matches à jouer pour gagner un trophée. Ensuite, il y a la Ligue des champions, c’est super excitant de pouvoir jouer la Champions League face à de grosses cylindrées.

A titre personnel, vous avez déjà tout gagné avec Tours, quel est votre objectif personnel ?
Je suis là pour gagner des titres avec le club. Je veux apporter mon expérience et mes qualités. Je cherche surtout à aider le club dans sa quête de titre.

Selon vous, quelles écuries sont à surveiller de près cette saison ?
Cette année, ce qui est très intéressant, c’est que pas mal d’équipes se sont renforcées avec des joueurs venant d’Italie ou de grands clubs européens. Le niveau du championnat a augmenté. Il y a pas mal de challengers. Il y a Cannes avec tous ses internationaux français. Il y aussi Rennes, Sète et même Nantes qui joue très bien. Ça promet une saison particulièrement relevée, surtout pour Tours qui est aussi engagé en Champions League. Ça fera une saison chargée. Mais c’est le but quand on est sportif de haut-niveau. En tout cas moi ça me plait.

Avez-vous déjà pris vos marques dans le collectif tourangeau ?
Oui, il n’y a pas de souci. Je connaissais déjà un peut tout le monde. Je suis revenu, mais c’est comme si je n’étais pas parti. Je suis super content. L’accueil qui m’a été réservé par le public et le club  a été super chaleureux. Ça m’a particulièrement touché.