La légende du Vendée Globe

Le départ du Vendée Globe est donné au large des Sables d'Olonne.

Le départ du Vendée Globe est donné au large des Sables d'Olonne.

En cinq éditions, le Vendée Globe est devenu la course préférée du public français, qui a appris à se passionner pour la véritable aventure tant intérieure que sportive vécue par les solitaires ayant osé se frotter à ce tour du monde sans escale ni assistance. De la victoire initiatique de Titouan Lamazou il y a presque 20 ans au succès en 2004 de Vincent Riou juste devant Jean Le Cam, la course a été émaillée de nombreux moments forts, entre joies et grandes peines.

1989-90: Lamazou ouvre le bal

Il sont treize à prendre le départ du premier Vendée Globe le 26 novembre 1989, treize hommes décidés à vivre une aventure initiatique, parmi lesquels Philippe Jeantot, créateur de l'épreuve et pionnier du tour du monde, lui qui a déjà à son actif deux Boc Challenge, mais aussi Loïck Peyron, Philippe Poupon, Alain Gautier, Jean-Luc Van den Heede et… Titouan Lamazou. 109 jours, 8 heures et 40 minutes plus tard, ce dernier s'impose sur Ecureuil d'Aquitaine avec 17 heures d'avance sur Loïck Peyron et un peu plus de deux jours et demi sur Jean-Luc Van den Heede.
Arrivé bon dernier plus de 50 jours derrière Lamazou, Jean-François Coste, dit «Costo», est accueilli triomphalement sur les pontons de Port-Olona. L'un des temps forts de cette première édition sera le sauvetage au large de Bonne-Espérance de Philippe Poupon par Loïck Peyron, ce dernier s'y reprenant à plusieurs fois pour redresser le Fleury-Michon couché de «Philou». La légende du Vendée est en marche…

Le classement:1. Titouan Lamazou (Ecureil d'Aquitaine) 109j8h48'50", 2. Loïck Peyron (Lada Poch) 110j01h18'06", 3. Jean-Luc Van den Heede (36.15 MET) 112j01h14'00", 4. Philippe Jeantot (Crédit Agricole IV) 113j23h47'47", 5. Pierre Follenfant (TBS-Charente Maritime) 114j21h09'06", 6. Alain Gautier (Generali Concorde) 132j13h01'48", 7. Jean-François Coste (Cacharel) 163j01h19'20".
 Abandons: Jean-Yves Terlain, Philippe Poupon, Bertie Reed, Guy Bernardin.
Non-classés: Patrice Carpentier, Mike Plant.

1992-93: le Vendée endeuillé

Pour cette deuxième édition, ils sont quatorze à s'élancer, les organisateurs ayant dû repousser autant de candidats à l'aventure par mesure de sécurité. Cela n'empêchera pas le tour du monde en solo d'être frappé de plein fouet par la disparition peu après le départ de Nigel Burgess. Une véritable tempête s'abat sur la flotte dès le Golfe de Gascogne, contraignant notamment Loïck Peyron à jeter l'éponge d'entrée. Alain Gautier s'impose en 110 jours 2 heures et 22 minutes au terme d'une belle lutte avec Philippe Poupon, ce dernier démâtant peu avant l'arrivée pour finir troisième. Une des images marquantes de ce deuxième Vendée sera la spectaculaire opération chirurgicale à laquelle se livrera Bertrand de Broc sous les conseils du Dr Chauve, le skipper de Groupe LG se recousant la langue pour éviter l'infection.

Le classement:1. Alain Gautier (Bagages Superior) 110j02h22'35", 2. Jean-Luc Van den Heede (Groupe Sofap-Helvim) 116j15h01'11", 3. Philippe Poupon (Fleury-Michon X) 117j03h34'24", 4. Yves Parlier (Cacolac d'Aquitaine) 125j02h42'24", 5. Nandor Fa (K&H Banque Matav) 128j16h05'04", 6. José de Ugarte (Euskadi Europ 93 BBK) 134j05h04'00"), 7. Jean-Yves Hasselin (PRB/Solo Nantes) 153j05h14'00".
 Abandons: Vittorio Malingri, Bertrand de Broc, Peyron, Thierry Arnaud, Allan Wynne-Thomas.
Disparition: Nigel Burgess.

1996-97: Naufrages en série

Cette troisième édition aura sans doute été la plus mouvementée avec de nombreux sauvetages en mer parmi les 16 marins partis le 3 novembre 1996 et malheureusement la disparition au large du Chili du Canadien Gerry Roufs. Premier à être secouru dans des conditions extrêmes, Raphaël Dinelli doit la vie sauve au Britannique Pete Goss alors que son bateau sombre. C'est ensuite aux tours de Thierry Dubois et de Tony Bullimore d'être hélitreuillés par la marine australienne.
Ces chavirages en série pousseront les organisateurs à considérablement renforcer les conditions de sécurité et d'accessibilité pour les éditions futures. Christophe Auguin s'impose largement devant Marc Thiercelin et Hervé Laurent, avec un nouveau record de l'épreuve à la clé (105 jours 20 heures et 31 minutes). Le skipper de Granville signe en outre un inédit doublé Boc Challenge (tour du monde avec escales)-Vendée Globe. Catherine Chabaud est la première femme à boucler l'épreuve (elles étaient deux au départ, mais Isabelle Autissier n'a pas été classée), tandis que l'infortuné Bertrand de Broc est contraint à l'abandon dans le Golfe de Gascogne à la veille de son arrivée aux Sables !

Le classement:1. Christophe Auguin (Geodis) 105j20h31', 2. Marc Thiercelin (Crédit Immobilier de France) 113j8h26', 3. Hervé Laurent (Groupe LG-Traitmat) 114j16h43', 4. Eric Dumont (Café Legal-Le Goût) 116j16h43', 5. Pete Goss (Aqua Quorum) 126j21h25', 6. Christophe Chabaud (Whirlpool-Europe 2) 140j04h38'.
 Abandons: Patrick de Radiguès, Bertrand de Broc, Tony Bullimore, Raphaël Dinelli, Thierry Dubois, Nandor Fa, Didier Mundutéguy.
 Non-classés: Autissier, Parlier.
Disparition: Roufs.

2000-01: Desjoyeaux supersonique

93 jours, 3 heures et 57 minutes pour boucler le tour du monde sans escale en solitaire, il faudra attendre deux ans et un marin d'exception (Francis Joyon) sur un grand trimaran de 27 mètres (IDEC) pour faire mieux (72 jours 22 heures et 52 minutes) que le temps réalisé lors de la quatrième édition par Michel Desjoyeaux sur PRB. Pour un coup d'essai, le Finistérien signe un coup de maître, s'imposant grâce à une course parfaitement maîtrisée avec une journée d'avance sur la jeune Anglaise Ellen MacArthur qui conquiert à l'occasion le cœur du public français.
Cette quatrième édition, dont le départ fut retardé de quatre jours par mesure de sécurité, sera celle de tous les records avec 24 participants, 15 classés, et un déferlement populaire sans précédent sur les Sables d'Olonne. Yves Parlier, longtemps en tête, réussit à rentrer par ses propres moyens après avoir démâté au large de la Nouvelle-Zélande (il termine 13e), justifiant plus que jamais son surnom d'extraterrestre.

Le classement:1. Michel Desjoyeaux (PRB) 93j3h57'32", 2. Ellen MacArthur (Kingfisher) 94j4h25'40", 3. Roland Jourdain (Sill Matines La potagère) 96j1h2'33", 4. Marc Thiercelin (Active Wear) 102j20h37'49", 5. Dominique Wavre (Union bancaire Privée) 105j2h45'12", 6. Thomas Coville (Sodebo) 106j7h24', 7. Mike Golding (Team Group 4) 110j16h22', 8. Bertrand Gallay (Voilà.fr) 111j16h7'11", 9. Josh Hall (Gartmore) 111j19h48'2", 10. Joé Seeten (Nord-Pas-de-Calais/Chocolats du Monde) 115j16h46'50", 11. Patrice Carpentier (VM Matériaux) 116j00h32'48", 12. Simone Bianchetti (Aquarelle.com) 121j1h28', 13. Yves Parlier (Aquitaine Innovations) 126j23h36', 14. Didier Munduteguy (DDP/60è Sud) : 135j15h17'55"), 15. Pasquale De Gregorio (Wind Telecommunicazioni) 158j2h37'25".
 Abandons: Fedor Konyukhov, Javier Sanso, Richard Tolkien, Eric Dumont, Bernard Stamm, Patrick De Radiguès.
Non-Classés: Catherine Chabaud, Thierry Dubois, Raphaël Dinelli.

2004-05: Le doublé pour PRB

Au terme d'un final à suspense, mettant aux prises tout au long de la remontée de l'Atlantique Jean Le Cam, passé le premier au Cap Horn, Vincent Riou et Mike Golding, c'est le plus jeune des trois (33 ans) qui l'emporte aux Sables-d'Olonne, Vincent Riou offrant à PRB un doublé quatre ans après le succès de Michel Desjoyeaux, dont il a été l'un des protégés au sein de l'écurie de course Mer Agitée, et un nouveau record de l'épreuve. Jean Le Cam ne termine que 6h30 derrière le skipper bigouden, tandis que Mike Golding, qui aura redoublé de malchance lors de cette remontée, finit, sans quille, sur la troisième marche du podium. Une nouvelle fois, Roland Jourdain est victime d'une avarie alors qu'il faisait partie du bon wagon, tandis que Sébastien Josse se fait une énorme frayeur en percutant, sans autre conséquence que la perte de son bout-dehors, un growler, et que Jean-Pierre Dick doit à plusieurs reprises sortir la boîte à outils. Au total, ils sont cinq à passer sous le précédent record de Michel Desjoyeaux, preuve de la professionnalisation croissante de la classe Imoca. La résonnance médiatique de cette cinquième édition est telle que nombreux sont les marins prestigieux, au lendemain de l'arrivée des premiers, à annoncer leur intention de prendre le départ du prochain Vendée Globe. Dont le tenant Vincent Riou, une grande première...

Le classement:1. Vincent Riou (PRB) 87j10h47'55", 2. Jean Le Cam (Bonduelle) 87j17h20'08", 3. Mike Golding (Ecover) 88j15h15'13", 4. Dominique Wavre (Temenos) 92j17h13'20", 5. Sébastien Josse (VMI) 93j0h02'10", 6. Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec) 98j3h'49'38", 7. Conrad Humphreys (Hellomoto) 104j14h32'24", 8. Joé Seeten (Arcelor Dunkerque), 104j23h02'45", 9. Bruce Schwab (Ocean Planet), 109j19h58'57", 10. Benoît Parnaudeau (Max Havelaar/Best Western), 116j1h06'54", 11. Anne Liardet (Roxy) 119j5h28'40", 12. Raphaël Dinelli (Akena Vérandas), 125j4h07'14", 13. Karen Leibovici (Benefic) 126j8h02'20".
Abandons: Hervé Laurent, Alex Thomson, Norbert Sedlacek, Patrice Carpentier, Marc Thiercelin, Roland Jourdain, Nick Moloney.

2008-09 : Un Vendée et un Desjoyeaux records

L’édition de tous les records ! Ils sont 29 à quitter les Sables-d’Olonne le 8 novembre 2008, une bonne partie sur des bateaux neufs construits spécialement pour l’occasion, dont les deux derniers vainqueurs, Vincent Riou et Michel Desjoyeaux. Mais le départ est à peine donné que certains font demi-tour, contraints à l’abandon (de Pavant, Thiercelin, Thomson, Bestaven…), ou à un "pit-stop", à l’instar de Michel Desjoyeaux qui, à cause d’un problème électrique, repart avec deux jours de retard sur la tête de la flotte. Une flotte qui se livre à une belle régate en Atlantique, mais déchante bien vite dans les mers du Sud, perdant successivement Bernard Stamm, Dominique Wavre, Loïck Peyron, Sébastien Josse, Jean-Pierre Dick, Mike Golding et Yann Eliès, qui se blesse grièvement à l’avant de son bateau avant d’être secouru par Marc Guillemot puis la marine australienne. Autant d’abandons dont profite… Michel Desjoyeaux pour s’emparer de la tête en sortie d’Indien et ne plus la lâcher… Après 84 jours de mer, le «Professeur» est le premier à réussir le doublé sur le Vendée Globe, suivi une semaine plus tard d’Armel Le Cléac’h, tandis que Marc Guillemot et Vincent Riou, victime d’un démâtage après avoir secouru Jean Le Cam dans son bateau retourné, complètent le podium. Ils sont finalement 11 à l’arrivée sur 29 partants…

Le classement: 1. Michel Desjoyeaux (Foncia) 84j03h09’, 2. Armel Le Cléac’h (Brit Air) 89j09h35’, 3. Marc Guillemot (Safran) 95j03h19’ et Vincent Riou (PRB), réparation donnée, 4. Samantha Davies (Roxy), 95j04h39’, 5. Brian Thompson (Pindar) 98j20h29’, 6. Dee Caffari (Aviva) 99j01h10’, 7. Arnaud Boissières (Akena Vérandas) 105j02h33’, 8. Steve White (Toe in the Water) 109j00’36’, 9. Rich Wilson (Great American III) 121j00h41’, 10. Raphaël Dinelli (Fondation Océan Vital) 125j02h32’, 11. Norbert Sedlacek (Nauticsport-Kapsch) 126j05h31’.
Abandons: Kito de Pavant, Marc Thiercelin, Yannick Bestaven, Alex Thomson, Jérémie Beyou, Unai Basurko, Dominique Wavre, Bernard Stamm, Loïck Peyron, Jean-Baptiste Dejeanty, Mike Golding, Yann Eliès, Sébastien Josse, Derek Hatfield, Jean-Pierre Dick, Jonny Malbon, Jean Le Cam, Roland Jourdain