Gavignet, retour gagnant

Sidney Gavignet, presque incrédule à son arrivée à Marseille. (MOD S.A. - Yvan Zedda/Sea&Co)

Il y a fait trois ans en sport-études. Plus de 20 ans plus tard, Sidney Gavignet a débarqué en vainqueur à Marseille, à la barre de Musandam-Oman Sail. L’équipage battant pavillon omanais, qui avait pris le large au passage du cap Saint-Vincent, a remporté lundi la quatrième étape du MOD70 European Tour, devant Race for Water (Steve Ravussin) et Foncia (Michel Desjoyeaux). Preuve de l’homogénéité de la flotte.

Les larmes ont coulé sur son visage. Le poids du passé. "J’ai passé trois ans en sport-études à Marseille. C’est peut-être ça qui m’émeut tant: je repense à tout ce chemin parcouru..." La fatigue aussi. "C’est beaucoup d’émotion, parce qu’on ne se relâche pas beaucoup sur ces bestioles. C’est fatigant, c’est usant." La joie, surtout, d’avoir mis la main sur la quatrième étape du MOD70 European Tour entre Cascais et Marseille, preuve que son succès lors des "city races" de Cascais n’était pas un accident. "J’y croyais, à cette victoire ! C’est un truc d’équipe, bravo à nous tous", savourait Sidney Gavignet à l’heure de poser le pied sur le ponton, quelques minutes seulement après avoir coupé la ligne d’arrivée de bon matin (à 7h11 après 3 jours, 16 heures, 11 minutes et 34 secondes de mer).

"Je suis content, content, ajoutait le skipper de Musandam-Oman Sail. Ce n’est qu’une fois la ligne passée que je me suis dit que c’était bon, parce que pendant le dernier petit tour dans les cailloux au retour de Cassis, on a failli cabaner sous un gros nuage noir, dans une bouffe à 40 nœuds. On a tout choqué en grand et il s’en est fallu de peu." L’issue aurait été cruelle pour ce jeune équipage, composé de marins reconnus (Jean-François Cuzon, Brian Thompson, Thomas Lebreton) et d’Omanais encore frais dans le monde de la course au large (Khamis Al Anbouri et Fahad Al Hasni), qui n’a pris les clés de son jouet que le 12 avril, près d’un an après les premiers servis. Et la morale pas respectée, alors que Musandam-Oman Sail a fait la course en tête quasiment de bout en bout.

"Ça s’est joué au Portugal, au cap Saint-Vincent", précise Gavignet, heureux du coup alors réalisé par ses hommes pour s’extraire du petit temps et aborder les côtes espagnoles bille en tête pour creuser l’écart (jusqu’à 100 milles d’avance, la plus grosse avance enregistrée depuis le départ de ce tour d’Europe). "On a beaucoup progressé dans le petit temps. C’était une des clés sur cette étape pour s’extraire. On marchait bien, et Jean-Francois Cuzon a passé beaucoup beaucoup de temps à la table à carte, plus que dans la bannette ! L’équipage progresse. Fahad devient un bon équipier de large. On a une bonne délégation d’Oman qui vient, et c’est un beau cadeau à faire à toute l’équipe." Un cadeau qui permet à l’équipage omanais de se replacer dans la course au podium, puisqu'il monte sur la troisième matche à Marseille. Devant, la bonne affaire est pour Foncia qui grappille de précieux points sur Spindrift racing à deux manches de l'arrivée...

Le classement de l'étape Cascais-Marseille: 1. Oman Sail (Sidney Gavignet) 3 jours 16h11'34, 2. Race for Water (Stève Ravussin) à 2h23'07", 3. Foncia (Michel Desjoyeaux) à 2h45'32", 4. Spindrift racing (Yann Guichard) à 5h34'07", 5. Groupe Edmond de Rothschild (Sébastien Josse) à 5h52'38"

Le classement général provisoire: 1. Foncia 225 points, 2. Spindrift racing 217, 3. Oman Sail 193, 4. Race for Water 193, 5. Groupe Edmond de Rothschild 186