Il a vu New York le premier

Il a vu New York le premier©@Lloydimages, Media365
A lire aussi

publié le 11 mai

La Transat anglaise est revenue à François Gabard, qui disputait là pour sa toute première course en solitaire sur un trimaran. Une sacré performance qui le place aux côtés des plus grands.

Il n'y aura pas eu de suspense dans cette Transat anglaise version 2016. Parti le 2 mai de Plymouth, François Gabard a dominé l'épreuve de la tête et des épaules, ralliant New York dans la nuit de mardi à mercredi (0h24'39, heure française) en 8 jours et 8h54'39. Une sacrée performance pour le skipper de la Macif qui disputait là sa première course en solitaire en trimaran et profite de sa réussite actuelle « C'est sûr que sportivement, depuis quelques années, les résultats s'enchainent bien, j'en suis très heureux. »

Car, s'il rejoint au palmarès de la Transat anglaise des marins français prestigieux comme Eric tabarly, Michel Desjoyaux ou Loïck Perron, Gabart surfe actuellement sur la vague, lui qui a déjà remporté il y quelques mois la Transat Jacques Vabre, aux côtés de Pascal Bidégorry. Une forme actuelle qui le pousse à voir plus loin, comme il l'a annoncé à New York, où il est arrivé le premier. « La prochaine étape sera le record de l'Atlantique, qui est là aussi un exercice assez extrême, ça va être génial à vivre. » Qu'on se le dise : François Gabard a soif de records.

 
4 commentaires - Il a vu New York le premier
  • Record de l'Atlantique
    Pour espérer le battre, le principe c'est: Foncer à 45 noeuds de moyenne dans un brouillard à couper au couteau, au moins pendant les 30 premières heures. Et ensuite, finir sur un patin jusqu'à l'arrivée.
    Bref, une partie de roulette russe géante! Plutôt extrême, en effet...

  • Porter le nom d'un bateau à fond plat et gagner sur trois coques c'est vraiment beau , BRAVO , Bravissimo au nouveau SURCOUF des vagues !!!!!.

  • il est exceptionnel... normal, c'est un enfant de mon pays!!!! lol

  • Bravo François, car dompter une telle machine, il faut le faire. Les vrais marins se réjouissent de cette victoire. Attention quand même à ne pas trop tenter le diable. La mer est une maîtresse impossible à conquérir, et si elle accepte quelques amants de temps en temps, il ne faut pas croire que c'est toujours gagné pour autant.
    En toutes choses il faut savoir raison garder, alors prudence et bonne continuation. Encore bravo.

    Comme avait dit Loïc Peyron (je crois) après une belle victoire : "Je n'ai pas gagné, c'est la mer qui m'a laissé passer" ... Paroles d'un très grand marin

    Je suis toujours vivant, après des décennies à bourlinguer pour gagner ma croûte. Sur des voiliers souvent, mais jamais en course. Moi aussi, la mer m'a laissé passer, mais pas un certain nombre de mes collègues et amis. (Paroles d'un très petit marin)

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]