Federer a fait le plus dur

Roger Federer a fait plier Novak Djokovic vendredi. (Reuters)

Roger Federer a fait plier Novak Djokovic vendredi. (Reuters)

Roger Federer tentera, dimanche, de conquérir un septième trophée à Wimbledon. Le Suisse, qui n'a jamais perdu une demi-finale sur le gazon londonien, n'a pas dérogé à la réglé, vendredi après-midi, en dominant le numéro un mondial Novak Djokovic (6-3, 3-6, 6-4, 6-3). Après-demain, Federer sera le premier trentenaire en finale des Internationaux de Grande-Bretagne depuis Jimmy Connors. Ce sera face à Andy Murray ou Jo-Wilfried Tsonga.

Wimbledon est toujours son jardin. Stoppé aux portes du dernier carré lors des deux dernières éditions, Roger Federer, en écartant Novak Djokovic 6-3, 3-6, 6-4, 6-3, s'est donc à nouveau hissé en finale du Grand Chelem britannique, pour une historique huitième fois ! En s'imposant dimanche, il pourrait même réaliser un coup à deux bandes: égaler William Renshaw et Pete Sampras au nombre de victoires au All-England (sept) et se réapproprier un trône de numéro un mondial abandonné il y a deux ans !

Un scénario qui paraissait encore improbable il y a quelques jours, après ses victoires arrachées au forceps face à Xavier Malisse et Julien Benneteau, mais qui est somme toute logique au vu de cette demi-finale dont le sort s’est décidé dans une troisième manche où, certainement avantagé par les conditions "indoor" de cette rencontre disputée sous le toit du Centre Court, le Suisse n’a pas lâché, avant de réussir à pousser le Serbe à la faute.

"J'ai réalisé un grand match, savourait-il ensuite au micro de la BBC. J'ai eu un tournoi très difficile. Aujourd'hui, j'ai eu la possibilité de jouer un grand tennis durant deux premières manches très rapides. La clé du match se situe dans la troisième. J'ai réussi à passer devant et j’ai pris beaucoup de plaisir."

Federer: "Un immense plaisir de retourner en finale"

Un plaisir non partagé par un numéro un mondial visiblement nerveux et tendu, qui aura commis au final deux fois plus de fautes directes (21 contre 10), et surtout baissé de pied dans les moments-clés, ce qui constitue habituellement sa force. Après une entame catastrophique et une première manche cédée en moins de 25 minutes, le tenant du titre allait néanmoins se ressaisir en s’appuyant lui aussi sur son service pour égaliser à une manche partout (6-3, 3-6), alors que le match n’avait pas débuté depuis une heure. Le troisième acte allait, enfin, ravir des spectateurs qui n’en avaient pas franchement eu pour leur argent jusque-là.

Un incroyable échange emballait ainsi le match lors du sixième jeu. Les deux hommes se rendaient coups pour coups (26) lors d’un échevelé rallye, mais c’est Federer qui finissait par craquer en expédiant son coup droit dans le couloir (3-3). Paradoxalement, le Suisse montait en puissance et se remettait à servir le plomb, alors que le Serbe multipliait, lui, les fautes directes. Et il s’adjugeait avec autorité ce troisième set, après deux balles de set obtenues après un smash trop long de son adversaire (6-4). Démotivé, sans énergie, le "Djoker" se faisait breaker d’entrée sur une grossière faute en revers, et n’allait jamais réussir à refaire son retard dans cette dernière manche. "C'est un immense plaisir de retourner en finale et de me rapprocher de ce trophée," concluait un Federer visiblement aux anges. Et qui espère l’être encore plus dimanche.

Pariez sur le Tennis avec PMU.fr, jusqu’à 170 euros offerts !

Le Sport sur votre mobile
en images
Friday night fever Rencontre princière La terre a tremblé Comme un Roc Appliqué
à lire aussi