Gulbis ou le réveil de l'intermittent

Gulbis ou le réveil de l'intermittent©Media365
A lire aussi

Teddy Vadeevaloo, publié le samedi 08 juillet 2017 à 12h26

Fantasque joueur, Ernests Gulbis est au troisième tour de Wimbledon et affronte ce samedi Novak Djokovic. Un duel qui promet d'être compliqué pour le Letton.

De la 10eme place mondiale à la 589eme en seulement trois ans : voilà « l'exploit » d'Ernests Gulbis. Réputé pour être un joueur caractériel mais aussi fragile, le Letton a enchaîné les coups durs depuis sa demi-finale surprise à Roland Garros en 2014. Mais à Wimbledon, cette année, il semble avoir retrouvé certaines de ses sensations qui l'ont emmené dans le Top 10 au classement ATP.

« Dans ma tête, je suis toujours numéro 10 mondial »
Le principal intéressé avoue lui-même garder une grande confiance en lui : « Dans ma tête, je suis toujours numéro 10 mondial. Je sais que je suis capable de certaines choses, mais le corps ne l'est pas encore ». Son corps, une interrogation permanente. Son médecin a tweeté un message explicite après la victoire face à Del Potro (voir résumé ci-dessous) : « Il a fait une rééducation intense dans notre clinique, il y a tout juste deux semaines ».

Ce qui permet d'émettre encore quelques doutes quant à la réelle compétitivité du Letton. Même si ce dernier explique la recette de son retour en forme : « Le déplacement sur herbe, se sentir stable, c'est ce qu'il y a de plus important. Je suis donc allé sur un terrain de foot avec mes chaussures de gazon et j'ai fait des exercices sans la raquette même quand mon élongation au mollet n'était pas tout à fait guérie. Juste des pas pour me sentir stable. Ça m'a énormément aidé ».



Djokovic, mission impossible ?
Au troisième tour de Wimbledon, Gulbis s'attaque donc à l'ex-numéro un mondial, Novak Djokovic. Celui-là même qui l'avait stoppé dans son élan en demi-finale de Roland Garros lors de sa belle épopée de 2014. Celui également contre qui il n'a gagné qu'une fois en sept confrontations. Mais là encore, il compte bien déjouer les pronostics : "Je n'avais déjà rien à perdre (contre Del Potro) et j'ai bien joué. J'aurai encore moins à perdre au prochain tour. Et je vais peut-être encore mieux jouer. Je suis dans un état d'esprit relax en ce moment. Et quand je suis relax, je peux produire ce type de tennis".

Le Letton vient d'enchaîner six sets de suite et a empoché ses premiers succès dans un grand tableau depuis... 13 mois. Un regain de forme inexpliqué et inexplicable pour ce joueur si fantasque, qui n'a jamais brillé à Wimbledon (sa meilleure performance est un troisième tour en 2013). Il rêve ainsi de rééditer son meilleur parcours en Grand Chelem et ce Roland Garros 2014 au cours duquel il avait notamment éliminé Roger Federer en 8emes.


 
0 commentaire - Gulbis ou le réveil de l'intermittent
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]