Murray, sans l’ombre d’un doute

 murray-vsraonic

Andy Murray a parfaitement lu le service de son adversaire. (Reuters)

Face à Milos Raonic, l’un des meilleurs serveurs du circuit, Andy Murray a fait apprécier ses qualités de relanceur pour s’imposer facilement la nuit dernière (6-4, 6-4, 6-2) en 8e de finale de l’US Open. Le Britannique retrouvera au prochain tour Marin Cilic, qui l’avait battu à New York il y a trois ans.

Un seul point, le premier de la partie, a suffi pour résumer à la perfection le rapport de force entre Andy Murray, l'un des meilleurs relanceurs du circuit, et Milos Raonic, l’un de ses plus grands bombardiers. Le Canadien attaque le match au service, lâche une première balle bien claquée, Murray retourne dans le carré puis cloue son adversaire d’un passing shot de revers le long de la ligne. Raonic avait sans doute déjà compris que pour sortir le n°4 mondial, il lui faudrait bien plus qu’un gros service. Mais il ne dispose pas encore d’une palette de coups aussi dangereuse et s’est logiquement incliné la nuit dernière en trois manches (6-4, 6-4, 6-2) en huitièmes de finale de l’US Open.

Sous le regard impassible d’Ivan Lendl, son coach, Murray n’a pas laissé la moindre ouverture à Raonic, pour la deuxième fois de sa carrière à ce stade de la compétition en Grand Chelem, à seulement 21 ans (il était le plus jeune des huitièmes de finalistes). "Habituellement, on commence à lire le service adverse après quelques jeux, mais il a servi très fort dès le début du match, a raconté l’Ecossais après sa victoire. J’ai simplement essayé d’être le plus réactif possible. Parfois, les balles vous passent sous le nez, parfois vous les avez dans la raquette. Ce soir, je les avais dans la raquette." Lors de ses trois premiers tours, Raonic avait servi en moyenne 30 aces par match. Contre Murray, à l’œil si aiguisé, son total s’est arrêté à 14. La preuve qu’une arme si efficace le devient beaucoup moins face à un relanceur de la trempe du champion olympique.

Marin Cilic est donc prévenu. Futur adversaire de Murray en quarts de finale, le Croate s’est débarrassé de Martin Klizan (7-5, 6-4, 6-0) en faisant preuve d’une belle assurance. "Quand je me sens bien, je peux battre n’importe qui, a-t-il lancé. Ce quart de finale est très intéressant pour moi, c’est un gros challenge, parce qu’Andy joue très bien en ce moment." Cilic, dont le service est aussi l’un des atouts, espère rééditer la même performance qu’il y a trois ans quand il avait sorti le Britannique en huitièmes de finale à New York.

Pariez sur le Tennis avec PMU.fr, jusqu’à 170 euros offerts !

Les chiffres clés
Le Sport sur votre mobile