Stosur son nuage !

Samantha Stosur s'est payée le scalp de Serena Williams en finale de l'US Open.

Samantha Stosur s'est payée le scalp de Serena Williams en finale de l'US Open.

Samantha Stosur a remporté l'US Open, dimanche, à l'issue d'une cinglante victoire en deux manches glanée face à Serena Williams (6-2, 6-3) en finale de la dite compétition. De son côté, l'Américaine manque l'opportunité de décrocher un quatrième titre sur les courts de Flushing Meadows, dix ans jour pour jour après les attentats du 11 septembre.

"Si je gagnais dimanche, c'est un rêve qui deviendrait réalité. Ça concrétiserait vingt ans d'implication dans le tennis." A 27 ans, Samantha Stosur a vu son rêve de championne se réaliser, elle qui a grandi au rythme des exploits de son idole Pat Rafter, vainqueur ici à New York en 1997 et 1998. Première finaliste australienne depuis la légendaire Wendy Turnbull en 1977, la joueuse de Brisbane a fait mieux que sa glorieuse aînée, tombeuse autoritaire d’une Serena Williams que tout semblait donner gagnante avant coup. Du contexte à l’atmosphère particulière d’un 11 septembre aux Etats-Unis en passant par le parcours sans-faute de l’Américaine jusqu’alors.

Apparue crispée la veille en demi-finale, Samantha Stosur attaque, étonnamment sereine, la deuxième finale majeure de sa carrière après l’échec de sa première tentative aux Internationaux de France 2010. D’entrée dans le bon tempo, puissante et précise dans ses frappes de balle, l’Australienne réalise le break dès le troisième jeu, et manque le double break d’un cheveu dans la foulée. Qu’importe, l’Américaine, revenue à 3-2, peine à soutenir la comparaison, et concède les 12 points qui s’ensuivent. Forte de ces trois jeux blancs consécutifs, la 10e joueuse mondiale empoche le premier set 6-2, bien aidée en cela par les 11 fautes directes adverses et alors que Serena Williams n’a su passer qu’une première balle sur trois au service.

Serena s'en prend à l'arbitre

La deuxième manche démarre sur un incroyable coup de théâtre. Contrainte d’emblée de défendre une balle de break, la cadette des "Sisters" lâche un coup droit imparable suivi d’un "come on" jugé trop hâtif par l’arbitre, alors que Stosur effleure à peine la balle. La sanction prévue en pareil cas tombe: la triple lauréate de l’US Open écope d’un point de pénalité synonyme de break à son encontre. Une sentence suivie d’un avertissement pour "abus verbal" qui provoque l’ire de l’Américaine. Et la relance paradoxalement…

Williams débreake dans la foulée, et s’attèle ensuite à faire la course en tête dans ce deuxième acte. Jusqu’à 3-3 du moins. Toujours aussi appliquée et mordante sur le court, l’Australienne refait sien le service adverse, puis confirme avec une aisance désarmante (5-3). Dos au mur, Serena Williams va bien écarter deux balles de match sur sa mise en jeu suivante, mais la troisième, concrétisée sur un 20e coup gagnant foudroyant, sera la bonne pour une Samantha Stosur qui un mois plus tôt n’avait pas existé contre cette même adversaire en finale du tournoi de Toronto. 6-2, 6-3 en 1h13, le verdict est sévère pour l’Américaine, mais cette dernière a elle aussi trouvé matière à se réjouir à Flushing Meadows. "Il y a six mois, j’étais à l’hôpital et je n’aurais jamais pensé être debout ici aujourd’hui", rappelle-t-elle. Une autre victoire majeure…

Pariez sur le Tennis avec PMU.fr, jusqu’à 170 euros offerts !

Le Sport sur votre mobile
en images
Friday night fever Rencontre princière La terre a tremblé Comme un Roc Appliqué
à lire aussi