Murray-Nadal, net et sans bavure

Andy Murray n'a rien lâché face à Donald Young. (Reuters)

Andy Murray n'a rien lâché face à Donald Young. (Reuters)

Sans surprise, Andy Murray et Rafael Nadal seront au rendez-vous des quarts de finale de l’US Open. L’Ecossais a fait voler en éclats le jeune Américain Donald Young (6-2, 6-3, 6-3), tandis que le n°2 mondial a passé sa colère de la veille sur le pauvre Gilles Muller (7-6, 6-1, 6-2). Andy Roddick, opposé à David Ferrer, vise un premier quart à New York depuis 2008.

Murray à l'expérience
Battu au troisième tour l’an dernier par Stanislas Wawrinka, Andy Murray n’imaginait pas une seule seconde s’arrêter en huitièmes de finale cette année à l’US Open. Sans forcer, l’Ecossais s’est donc hissé en quarts en dominant l’ex-futur grand espoir du tennis américain Donald Young en trois manches (6-2, 6-3, 6-3). Les deux journées quasi blanches n’ont pas eu d’emprise sur son jeu, bien en place, avec les variations incessantes qui le caractérise. Mais le match s’est sans doute joué avant, dans la gestion des reports et du stress inhérent. Un cas de figure nouveau pour Young, qu’il n’a pas su appréhender au mieux. Murray, lui, connaît. Cela s’appelle l’expérience.

Stoppée la veille à 2-1 en faveur de Young, la partie a duré moins de deux heures. Peut-être prévenu que la pluie pouvait refaire son apparition à Flushing Meadows, Murray a ciselé le scénario de la rencontre en profitant en grande partie des nombreuses fautes directes de son adversaire (53 au total). Seul point noir à relever, une qualité de première balle en-deçà de ses canons habituels. Mais contre Young, il n’a pas eu à élever son niveau de jeu dans des sphères inexplorées. Contre Isner ou Simon, ce sera sans doute une autre affaire.

Nadal se venge sur Muller
Très énervé la veille contre les organisateurs qui l’ont lancé sur un Stadium Arthur-Ashe aux airs de patinoire, Rafael Nadal a passé ses nerfs sur Gilles Muller. Pas dans le premier set puisque la machine espagnole n’était pas encore en route, mais dans les deuxième et troisième manches, le n°2 mondial a soufflé son adversaire (7-6, 6-1, 6-2). Le grand service du Luxembourgeois et ses frappes à plat des deux côtés avaient gêné l’Espagnol au troisième tour de Wimbledon il y a quelques semaines (victoire 7-6, 7-6, 6-0). Pas suffisamment ce mercredi pour dévier Nadal de sa route vers les quarts qu’il atteint pour la cinquième fois de sa carrière et la quatrième année consécutive.

Avant d’éventuellement retrouver Andy Murray en demi-finale, pour la troisième fois de la saison à ce stade de la compétition en Grand Chelem, Nadal devra négocier son obstacle le plus compliqué depuis le début de la quinzaine new-yorkaise. Ce sera David Ferrer, qui l’a dominé en quarts à Melbourne cette année et en huitièmes à l’US Open en 2007, ou Andy Roddick, chaud bouillant devant son public et contre lequel le bilan est bloqué à 3-3 sur surface dure.

Pariez sur le Tennis avec PMU.fr, jusqu’à 170 euros offerts !

Le Sport sur votre mobile
en images
Comme un Roc Appliqué Djokovic fan de Monaco Tsonga passe l'obstacle Paire rate la paire
à lire aussi