Del Potro, doucement mais sûrement

Juan Martin Del Potro a obtenu de bons résultats cet été. (Reuters)

Juan Martin Del Potro a obtenu de bons résultats cet été. (Reuters)

Une douleur au poignet gauche a placé Juan Martin Del Potro dans l’expectative à quelques jours du début de l’US Open. L’Argentin, médaillé de bronze aux JO et demi-finaliste à Cincinnati, a pourtant dans sa raquette les arguments pour troubler l’ordre établi. Comme en 2009, quand il s’était imposé à New York. Mais il a encore du chemin pour y arriver.

Les histoires de poignets, Juan Martin Del Potro connaît. Trop bien même pour qu’il ne prenne pas à la légère la douleur qui touche son poignet gauche depuis une semaine. Le droit a déjà pris, merci pour lui. Avec comme conséquences, une saison blanche en 2010 alors que l’Argentin aurait pu surfer sur son titre conquis à l’US Open il y a trois ans. Alors, la précaution est de mise dans le camp de Del Potro ces derniers jours. Battu en demi-finales à Cincinnati par Novak Djokovic, il s’est octroyé quelques jours de repos avant de consulter en début de semaine un spécialiste des blessures à la main et au poignet qui l’avait opéré en mai 2010. Del Potro a une confiance aveugle en son médecin qui l’a autorisé à reprendre le chemin de l’entraînement. Pas de forfait à New York donc.

Même si cette douleur pourrait le handicaper lors de la quinzaine à Flushing Meadows, "Delpo" apparaît bien sur la liste des prétendants au titre. En l’absence de Rafael Nadal, qui se démène avec ses genoux de l’autre côté de l’Atlantique, l’Argentin a obtenu de très bons résultats cet été, comme sa médaille de bronze aux Jeux Olympiques et une demi-finale à Cincinnati. Le travail fourni à l’entraînement ces derniers mois, notamment la condition physique et le jeu de jambes, l’a fait progresser. "Je m’entraîne très, très dur, je sais que le physique est important pour jouer toute l’année à un bon niveau, a-t-il expliqué la semaine dernière. Je travaille aussi mon service, mon coup droit, ma volley. Il faut être prêt à jouer une saison complète."

Après une année 2011 à cravacher pour récupérer un classement décent (485e fin janvier, il a fini la saison aux portes du top 10 !), Del Potro paie peut-être sa débauche d’énergie. Son poignet gauche vient rappeler la fragilité de ce grand gaillard d’1,98m à la timidité presque maladive. Ainsi aime-t-il se placer volontairement en retrait des tout meilleurs. A raison au regard de ses résultats comparés en Grand Chelem (aucune demi-finale depuis l’US Open 2009) et en Masters 1000 (une finale en carrière, à Montréal en 2009). Des performances signées Del Potro première version. Le Del Potro 2.0 doit encore faire ses preuves.

Pariez sur le Tennis avec PMU.fr, jusqu’à 170 euros offerts !

Le Sport sur votre mobile
en images
Djokovic fan de Monaco Tsonga passe l'obstacle Paire rate la paire Idyllique Nadal, les cartes en mains
à lire aussi
  • Monfils assure 

    Gaël Monfils, malgré une cheville encore fragile, s'est rassuré ce mardi en dominant...

  • Djokovic va trop vite 

    Novak Djokovic s'est montré expéditif pour son entrée en matière à Monte-Carlo. Le t...