Li, et la Chine s’éveille

Na Li est entrée dans l’histoire du tennis en devenant ce samedi la première Chinoise à remporter un titre du Grand Chelem. La n°7 mondiale, déjà finaliste à l’Open d’Australie en début de saison, s’est imposée en finale des Internationaux de France ce samedi en battant la tenante du titre Francesca Schiavone en deux manches (6-4, 7-6). Avec elle, la Chine confirme son arrivée au plus haut niveau.

Elle l’a fait ! En dominant, en toute logique, une Francesca Schiavone qui n’aura jamais réussi à trouver les clés pour la perturber durablement et réussir à conserver son titre à Roland-Garros (6-4, 7-6), Na Li a fait une entrée remarquée dans la grande histoire du tennis. Car elle devient du coup la première Chinoise, mais également la toute première Asiatique, à remporter un titre du Grand Chelem, une performance qui force le respect et pourrait faire naître des vocations. Refusant d’endosser le costume d’icône et de modèle mais peut-être également désireuse de s’ôter un peu de pression, la finaliste malheureuse du dernier Open d’Australie avait néanmoins prévenu qu’il ne fallait "surtout pas penser que l'on fait les choses pour les autres. Moi je fais les choses pour moi et donc je me bats pour moi."

SCHIAVONE - LI: Le résumé du match en vidéo.

Un état d’esprit allié à un plan de jeu parfaitement respecté et à un coup droit dévastateur qui n’ont laissé, pendant 1h20, aucune chance à une Transalpine qui, comme en quarts de finale face à Pavlyuchenkova, s’est réveillée en milieu de deuxième set. Un réveil trop tardif, qui lui a néanmoins permis de revenir à 4 jeux partout, mais pas de pousser son adversaire "dans ses retranchements", reconnaissait-elle, fair-play, au micro de France Télévisions après coup. "Elle a très bien joué et mérité sa victoire." Malgré le soutien constant de son fidèle groupe de supporters, à coups de chants ultras et autres "Forza Francesca", la Milanaise pensait pouvoir réaliser le doublé, mais c’était sans compter sur la force tranquille de l’enfant de Wuhan.

Li: "J’ai finalement réussi"

Imperturbable, la Chinoise a déroulé son jeu en cadence comme à la parade, réalisant rapidement le break après 20 minutes de jeu (3-2), avant de confirmer sur un jeu blanc qu’elle allait répéter quelques instants plus tard (5-3) et de conclure le premier acte en moins de 40 minutes (6-4). Une entame idéale qu’elle confirmait en prenant d’entrée de deuxième set le service adverse, filant grand train vers le premier gros succès de sa carrière. Mais alors qu’elle se détachait, se procurant même des balles de 5-2, elle se mettait pour la première fois à trembler, sans doute atteinte par la fameuse peur de gagner. Redevenue accrocheuse, Schiavone faisait alors son retour pour égaliser à 4 jeux partout, relançant totalement le suspense dans cette inédite finale.

Mais il était dit que c’était le jour de Li, qui tenait bon malgré la montée en puissance d’une adversaire qui jouait de plus en plus vers l’avant et se retrouvait même à deux points du set sur le service de la Chinoise (5-4, 15-30). Malgré une décision arbitrale contestable alors que l’Italienne continuait à faire la course en tête (6-5), Na Li ne craquait pas et menait même parfaitement sa barque lors d’un tie-break où elle ne laissait pas filer le moindre point, s’écroulant sur la terre battue parisienne avec un grand sourire aux lèvres. "Tout le monde doit être très content en Chine, s’extasiait-elle ensuite. J'étais nerveuse, mais j'ai essayé de ne pas le montrer à mon adversaire. Et ça a payé, j’ai finalement réussi à remporter mon premier Grand Chelem !" Et, à 29 ans, la future numéro 4 mondiale ne l'a pas volé.

Pariez sur le Tennis avec PMU.fr, jusqu’à 170 euros offerts !

Le Sport sur votre mobile
en images
Wawrinka maitre de Monte Carlo Friday night fever Rencontre princière La terre a tremblé Comme un Roc
à lire aussi