Tennis - Roland-Garros (H) : Rafael Nadal décroche la decima

Tennis - Roland-Garros (H) : Rafael Nadal décroche la decima©Media365
A lire aussi

Joseph RUIZ, publié le dimanche 11 juin 2017 à 17h28

Le Roi de la terre battue de la Porte d'Auteuil est de retour. Rafael Nadal n'a laissé aucune chance ce dimanche à Stan Wawrinka et a raflé le dixième Roland-Garros de sa carrière (6-2, 6-3, 6-1) avec une facilité absolument déconcertante.

Le Roi de la terre battue de la Porte d'Auteuil est de retour. Rafael Nadal n'a laissé aucune chance ce dimanche à Stan Wawrinka et a raflé le dixième Roland-Garros de sa carrière (6-2, 6-3, 6-1) avec une facilité absolument déconcertante. L'Espagnol devient le premier joueur de l'ère Open à conquérir dix fois le même Grand Chelem, performance hors du commun. C'est aussi le 15eme titre de sa carrière en Majeurs, il se rapproche un peu plus de Roger Federer (18) et laisse Pete Sampras (14) sur le carreau. C'est une résurrection pour l'Espagnol, dixième mondial en juin 2015 et aujourd'hui de retour à la deuxième place, derrière Andy Murray. C'est son meilleur classement depuis octobre 2014. Avec ce succès, la Majorquin compte 2870 points sur son premier poursuivant Roger Federer à la Race et est aussi officiellement qualifié pour le Masters.

Le suspense ne s'est jamais réellement installé dans cette finale. Sous une chaleur accablante (32°C), Stan Wawrinka a rapidement été mis sous pression, sauvant par miracle quatre balles de break dans le premier set pour égaliser à 2-2. Puis Rafa, auteur de huit petites fautes dans cette première manche, s'est énervé. Il lui a fallu deux opportunités pour breaker à 4-2, puis une seule pour rafler le premier set, sur un double break, après 43 minutes de jeu, profitant de la 17eme faute directe d'un Suisse tendu (6-2).

Si impressionnant sur le plan de la maitrise de soi en demi-finale face à Andy Murray, Stan Wawrinka a laissé le stress s'emparer de lui. Signe de la tension avec laquelle il est entré sur le court Philippe-Chartier, on voyait un geste d'humeur du Suisse qui jetait sa raquette au sol dès le premier jeu du deuxième set, sur une nouvelle balle dans le filet (6-2, 1-0). Concédant le break sur son premier service de la deuxième manche, le Suisse va même jusqu'à mordre la balle de manière insolite, se demandant comme ralentir le rouleau-compresseur lancé tout droit vers la decima (6-2, 2-0).

Plus incisif, variant bien mieux son jeu, "Stan The Man" gagne enfin son service après l'avoir perdu trois fois de suite et revient à 3-1. Le problème, c'est que Nadal ne sort jamais de son match, à l'image de ce passing improbable à 160km/h alors qu'il semblait totalement battu par le retour de Wawrinka, qui va jusqu'à crier vers son clan « ça ne sert à rien » d'abord, puis qui brise sa raquette de dépit juste avant de réaliser une nouvelle faute qui offre le deuxième set à l'Espagnol en 44 minutes de jeu (6-2, 6-3).

Le début de la troisième manche n'offre pas une once d'espoir pour les spectateurs de la Porte d'Auteuil. D'entrée, Nadal se procure deux balles de break, converti la deuxième et inflige un jeu blanc instantanément, laissant le Suisse totalement désœuvré (6-2, 6-3, 2-0). Malheureusement Wawrinka, qui perd la première finale de sa carrière en Grand Chelem après trois victoires à l'Open d'Australie 2014, Roland-Garros 2015 et l'US Open 2016, l'homme de Manacor, privé de son repas préféré par son corps fatigué lors des deux dernières éditions, avait trop faim. Nadal casse dans l'œuf une mini-rébellion de son adversaire et garde le leadership du match (6-2, 6-3, 3-1). Wawrinka se procure trois balles pour revenir à 3-2 mais l'Espagnol, sans pitié, ne laisse même pas de miettes et double-break sur sa première opportunité du jeu avant de confirmer puis d'achever le Suisse sur sa deuxième balle de match, sur un nouveau break (6-2, 6-3, 6-1). 2h07 au final, 12 fautes directes seulement, preuve de son incroyable justesse. Rafael Nadal est plus que jamais la légende de Roland-Garros.

 
0 commentaire - Tennis - Roland-Garros (H) : Rafael Nadal décroche la decima
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]