Tennis : Les 5 points qu'il faut retenir de ce Roland-Garros 2017

Tennis : Les 5 points qu'il faut retenir de ce Roland-Garros 2017©Panoramic, Media365
A lire aussi

Gregoire Duez, publié le lundi 12 juin 2017 à 10h25

L'édition 2017 de Roland-Garros est terminée. Retour sur les cinq temps forts de cette quinzaine parisienne.

Rafael Nadal pour l'Histoire, Ostapenko grande première
Le tableau féminin à Roland-Garros était plus qu'ouvert cette année. En l'absence de Serena Williams et de Maria Sharapova, difficile de prédire une lauréate plausible. Avec de très bons résultats sur terre cette saison (titre à Madrid et finale à Rome), Simona Halep pouvait nourrir de grandes ambitions pour gagner enfin son premier tournoi du Grand Chelem. Et la Roumaine n'a pas failli en atteignant la finale. Elle est malheureusement tombée sur une jeune pousse de 20 ans, Jelena Ostapenko. Avec son jeu tout en puissance et en prise de risques, la Lettone a surpris tout le monde en allant décrocher son premier titre dans cette catégorie de tournois et le tout premier de sa carrière. 47eme joueuse mondiale avant le Grand Chelem, elle figure désormais aux portes du Top 10 à la 12eme place. Chez les messieurs, plusieurs d'entre eux étaient attendus. Autant Andy Murray a assumé son statut jusqu'en demi-finales (battu par Stan Wawrinka), autant Novak Djokovic a déçu en faisant un non-match en quarts contre Dominic Thiem. Dans ce jeu de dominos, Rafael Nadal avait la porte ouverte. Et l'Espagnol a réalisé un gigantesque exploit en s'imposant pour la dixième fois Porte d'Auteuil, un record.
Le flop historique d'Angelique Kerber
Si Angelique Kerber, numéro 1 mondiale, était attendue, elle a plus que déçue en s'inclinant dès le premier tour contre Ekaterina Makarova. En délicatesse avec son jeu et en cruel manque de confiance cette année, l'Allemande a inscrit, bien malgré elle, un record dont elle serait assurément passée. Elle est devenue la première numéro une mondiale à s'incliner au premier tour d'un tournoi du Grand Chelem. Jamais avant elle cela ne s'était produit. Si elle garde son rang de leader au classement WTA, c'est bien parce que Simona Halep s'est inclinée en finale à Paris. Finaliste à Wimbledon l'an dernier, la gagnante de l'Open d'Australie et de l'US Open en 2016 joue gros lors de cette saison sur gazon.
Les frasques de Maxime Hamou et Laurent Lokoli
On aurait préféré les remarquer autrement : Maxime Hamou et Laurent Lokoli ont bien tristement fait parler d'eux Porte d'Auteuil. Le premier nommé s'était déjà démarqué lors des qualifications après sa victoire au troisième tour en qualifications lui permettant d'accéder au tableau principal le 26 mai dernier. A la question de savoir ce que ça lui faisait de participer « au vrai Roland-Garros », le Français de 21 ans avait alors envoyé bouler les médias. Rebelotte en conférence de presse après son match du premier tour contre Pablo Cuevas où, à son aise, il avait répondu aux journalistes en même temps qu'il mastiquait ses chips. Un vrai détachement. Et encore, si ça s'était arrêté là. Quatre jours plus tard, son accréditation lui a été retirée en raison de comportement déplacé envers une journaliste d'Eurosport qu'il tentait d'embrasser de force en plein direct. Pour le second, c'est son attitude en fin de match contre Martin Klizan qui a fait jaser. Le Corse a tout bonnement refusé de serrer la main à son adversaire, l'accusant d'avoir simulé une blessure durant tout le match et jugeant son comportement plus qu'irrespectueux.
Des Françaises en progression, les 4 Mousquetaires en perdition
On s'impatientait à l'idée de retrouver nos quatre Mousquetaires à Roland-Garros pour vibrer au son de leurs résultats. Il n'en fut rien pour cette année. Gilles Simon et Jo-Wilfried Tsonga, battus à la surprise générale au premier tour, Richard Gasquet, contraint à l'abandon lors de son troisième tour, et Gael Monfils, pas à la hauteur contre Stan Wawrinka en huitièmes de finale, ont été décevants. Avec seulement six Français au deuxième tour, pour la première fois depuis 12 ans, le bilan chez les hommes est frustrant. Chez les femmes, ce fut la bonne surprise. Ou plutôt deux bonnes surprises. Quart de finaliste pour la première fois de sa carrière en Grand Chelem, Caroline Garcia a retrouvé sa confiance envolée ces derniers mois et le plaisir de jouer sur un court. Kristina Mladenovic s'est elle offert le scalp de la tenante du titre en huitièmes malgré un dos en vrac. Autre satisfaction, le beau parcours d'Alizé Cornet qui a atteint les huitièmes de finale.
Une météo au beau fixe en comparaison à 2016
Le soleil avait pris rendez-vous avec Roland-Garros cette année. En 2016, l'édition avait été plus que perturbé par un mauvais temps quasi constant. En 2017, aucun nuage noir n'est venu entaché le ciel bleu prédominant à Paris. Ou presque. Seul jour maussade : mardi 6 mai où le mauvais temps a interrompu à plusieurs reprises les deux quarts de finale féminins prévus au programme (dont celui de Kristina Mladenovic). Mais les spectateurs, au-delà d'avoir pu voir ces rencontres aller à leur terme, ont pu bénéficier d'un remboursement total de leurs billets. Comme l'indique la nouvelle règle de la Fédération française de tennis, en deçà de deux heures de jeu, tous les billets sont remboursés. La règle, c'est la règle.

 
0 commentaire - Tennis : Les 5 points qu'il faut retenir de ce Roland-Garros 2017
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]