Roland-Garros : La décision de la FFT de ne pas inviter Sharapova n'a pas plu à la WTA

Roland-Garros : La décision de la FFT de ne pas inviter Sharapova n'a pas plu à la WTA©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le mercredi 17 mai 2017 à 11h17

Il n'y a pas que Maria Sharapova qui n'a pas digéré la décision de la Fédération française de tennis de ne pas lui accorder de wild card pour Roland Garros. La WTA est elle aussi furieuse contre Bernard Giudicelli suite à son refus de réserver une invitation à l'ancienne numéro 1 mondiale.

Dans un communiqué publié ce mercredi, l'association des joueuses, via son directeur général Steve Simon, monte au créneau. « Ce avec quoi je ne suis pas d'accord, c'est la base invoquée par la FFT pour sa décision à l'égard de Maria Sharapova. Elle a respecté la sanction imposée par le TAS. Le programme anti-dopage est soutenu par les Grands Chelems, la WTA, l'ITF et l'ATP. Il n'y aucune raison pour un membre du TADP (Tennis Anti-Doping Programme) de pénaliser un joueur ou une joueuse au-delà des sanctions énoncées », déplore Simon, certain malgré tout que le Roland-Garros qui s'annonce fera date. « Les wild-cards sont offertes à la discrétion des tournois. Je soutiens les joueurs et joueuses qui en bénéficient et je leur souhaite bonne chance. Ce sera un Roland Garros excitant. »

Sur un Facebook live mardi soir, le président de la FFT avait opposé un niet catégorique à une wild car pour Sharapova, de retour de quinze mois de suspension pour dopage après avoir été contrôlée positive au meldonium lors de l'Open d'Australie 2016. «Aujourd'hui, je ne peux pas lui accorder la wild card, a expliqué Giudicelli. Elle a gagné deux titres ici, à Roland-Garros (en 2012 et 2014), sans rien devoir à personne. S'il peut y avoir une wild card pour retour de blessure, il ne peut pas en être de même pour une wild card pour retour de dopage. Il appartient à Maria, jour après jour, tournoi après tournoi, de trouver seule la force pour reconquérir des titres majeurs. Le tournoi est plus fort que les joueurs et les joueuses (...) Je connais la dimension médiatique de Maria et je mesure les attentes du public et des sponsors, mais, en toute conscience, il ne m'apparaissait pas possible d'aller au-delà de l'application stricte du code mondial antidopage et des règles qu'il prévoit. » L'ancien homme fort de la Ligue de Corse savait en prenant cette décision à quoi il s'exposait. La WTA n'a pas mis longtemps à lui rappeler.
 
0 commentaire - Roland-Garros : La décision de la FFT de ne pas inviter Sharapova n'a pas plu à la WTA
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]