Tennis - Fed Cup : Les Bleues attaquent le " Fed Cup bashing "

Tennis - Fed Cup : Les Bleues attaquent le ©Media365
A lire aussi

Jonathan FERDINAND, publié le vendredi 21 avril 2017 à 17h01

Pour Kristina Mladenovic ou Pauline Parmentier la Fed Cup est un vrai plus pour leurs carrières individuelles. Pour elles représenter leur pays est davantage une fierté qu'un fardeau, alors que Caroline Garcia et Océane Dodin boudent l'équipe de France.

Après Caroline Garcia qui refuse de venir en équipe de France de Fed Cup, c'est au tour d'Océane Dodin. La soixantième joueuse mondiale a décidé d'user à son tour du « Fed Cup bashing » et à faire l'impasse sur la rencontre de barrages face à l'Espagne pour rester dans le groupe mondial. Y'a-t-il un vrai désamour pour la compétition ? Pas vraiment. A en croire Kristina Mladenovic et Pauline Parmentier, toutes deux titulaires en simple samedi, la Fed Cup garde quelque chose de particulier et il ne faut pas prendre des cas particuliers pour des généralités. « Quand on est jeunes, on rêve de jouer des compétitions comme ça, confie la première à L'Equipe. C'est la Coupe du monde de tennis. » Pour la seconde « une semaine de préparation, c'est toujours un plus pour une carrière individuelle. On peut échanger en équipe, on a un capitaine comme Yannick Noah qui apporte énormément par son charisme et son expérience. Une rencontre de Fed Cup, ce n'est toujours que des bons souvenirs, même si on y laisse des plumes ». Les deux joueuses voient le verre totalement plein quand d'autres le voit pratiquement vide.
La reconnaissance ? Pas pour tout le monde...
Pour Kristina Mladenovic, transformé depuis sa victoire au WTA Premier de Saint-Pétersbourg en début d'année, venir en sélection est une question de reconnaissance. Toujours au quotidien sportif elle n'hésite pas à dire au quotidien sportif que « jouer pour l'équipe nationale, c'est la base. D'autant plus quand on est françaises et que nous avons eu depuis toutes jeunes un soutien de la part de la Fédération que ce soit en termes de structures, un soutien moral ou financier. Les joueurs ou joueuses françaises oublient très vite la chance d'être français. C'est donc normal et naturel d'être reconnaissants envers sa Fédération. En plus, on adore cette compétition. » Un sentiment de reconnaissance que n'éprouve pas forcément Océane Dodin qui, selon des informations de L'Equipe, aurait touchée près de 400 000 euros d'aides fédérales depuis le début de sa carrière. Que ce soit les bourses (100 000€), la mise à sa disposition de l'entraîneur national Georges Goven pendant 1 an (entre 100 000 et 150 000€) ou bien les gains obtenus grâce aux wild-cards (entre 100 000 et 150 000€). Nul doute qu'au sein du tennis français, en plus de la FFT, la Fed Cup s'est trouvée deux porte-paroles.

 
9 commentaires - Tennis - Fed Cup : Les Bleues attaquent le " Fed Cup bashing "
  • Y Noah est le meilleur capitaine d'équipe possible par contre le système de sélection ne fonctionne plus et Yannick pourtant un homme de dialogue semble s'y être mal pris....quant-à Caroline Garcia qui a joué ,des parties magnifiques ces deux dernières saisons en simple comme en double...laissons la un peu souffler ,elle reviendra...Forza Giudicelli!!!!

  • si elles ne veulent pas venir qu'elles remboursent l argent que la FFT leur a donné

  • La fed cup et la coupe Davis sont l'essence même du tennis français. Chapeau donc à Noah de tout ce qu'il apporte. On le voit terriblement concerné et motivé par ces équipes. Pourtant je n'ai pas toujours été favorable au personnage. Et chapeau aux filles comme Christina, Pauline et Alizé pour leur attachement à l'équipe de France ...et honte aux autres.

  • ON COMPTREND MIEUX LES REFUS AVEC UN CONNARD DE NOAH COMME CAPITAINE? CE SALAUD QUI NE PAIE PAS SES IMPOTS EN FRANCE

  • Combien le budget total de ces deux jours ?
    Beaucoup trop pour une agglo qui ferme ses piscines et n'attribue plus (ou la mendicité)de subventions à la majorité des associations!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]