Tennis : A deux jours de Japon-France, Noah en remet une couche sur Monfils

Tennis : A deux jours de Japon-France, Noah en remet une couche sur Monfils©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le mercredi 01 février 2017 à 11h51

Yannick Noah a décidé de se priver volontairement de Gaël Monfils pour affronter le Japon à partir de Tokyo vendredi en Coupe Davis. Et le capitaine des Bleus est certain d'avoir pris la bonne décision.

Vendredi à 14h00 débutera à Tokyo la saison de Coupe Davis pour les Bleus, avec au programme un premier tour face aux Japonais qui ne s'annonce pas des plus compliqués. Un premier rendez-vous que l'équipe de France abordera sans Jo-Wilfried Tsonga, qui a obtenu le droit de rester auprès de sa compagne, enceinte, ni Gaël Monfils, que Yannick Noah n'a pas souhaité convoquer en raison de son manque d'implication notamment. Dans L'Equipe ce mercredi, le capitaine français se dit toujours persuadé d'avoir pris la meilleure décision. « Je pense que c'est le bon choix. Je ne sais pas faire différemment, par honnêteté vis-à-vis de tous les joueurs, il faut se tenir à un critère de sélection. Ça ne peut pas changer au fil des rencontres (...) De la souplesse ? A partir du moment où tu commences à faire des compromis, c'est le début de la fin. Pourquoi lui et pas l'autre ? J'ai l'impression que c'est ce qu'il s'est passé depuis dix ans. A force, n perd l'autorité, on respecte moins l'équipe et on se donne un petit peu moins (...) Tout le monde est d'accord pour dire que si nos joueurs avaient donné le meilleur d'eux-mêmes depuis dix ans, on aurait gagné une ou deux fois. Ça, c'est le diagnostic. Maintenant, il s'agit de chercher et de trouver des solutions et des idées pour relancer la machine et retrouver cette envie chez les filles et les garçons. Sinon, c'est la fin de nos équipes de France (...) Il faut retrouver les fondamentaux, on les a un peu perdus. »

Noah : « C'est tout juste s'il ne faut pas prier les joueurs »

Interrogé également dans Le Parisien, Noah ajoute qu'il a toujours autant de mal à se faire à l'idée que des joueurs peuvent traîner les pieds à l'idée de défendre les couleurs de leur pays en Coupe Davis. « Il y a une quinzaine d'années, il était impensable que quelqu'un refuse une sélection. Maintenant, c'est tout juste s'il ne faut pas prier certains joueurs pour qu'ils viennent. On a l'impression que c'est parfois un poids. » Très enthousiastes, eux, au moment de lancer la saison des Bleus, Richard Gasquet, Lucas Pouille et Gilles Simon attendent maintenant de connaître les choix de leur capitaine en ce qui concerne le simple. Le premier n'a aucun souci à se faire, a priori. En revanche, la deuxième place se jouera entre Simon et Pouille, en balance. Mais à écouter Captain Noah, il semble que le second, arrivé dans la peau de sparring-partner uniquement après sa défaite dès le premier tour de l'Open d'Australie, part désormais avec une longueur d'avance. D'autant que Simon, victime de nouveaux problèmes de torticolis, n'a même pas pu servir mardi. « Je trouve Lucas plutôt bien, avoue Noah dans L'Equipe. Il a connu un début de saison un peu étrange, parce qu'il a été blessé, mais il s'entraîne depuis six jours. Lundi, il a fait une très, très bonne séance contre Richard (...) Ce que j'attendais de lui ? Je n'attendais trop rien, en fait, parce qu'il n'a pas joué pendant un moment. Lundi, c'est la première fois qu'il faisait des sets. Deux et demi avec Richard, et ça jouait vraiment bien. S'il est capable de faire ça, c'est qu'il est bien. »

Noah : « Sur une rencontre, les Japonais peuvent aller chercher des balles impossibles »

Le dernier vainqueur français de Roland-Garros devrait rendre son verdict d'ici jeudi soir, c'est-à-dire plus tard qu'il ne le fait habituellement. « J'ai une idée précise, j'attends d'avoir confirmation dans les prochaines séances, se contente d'indiquer l'intéressé pour le moment. Je veux voir comment ça se passe en double, si Lucas peut enchaîner deux entraînements, comment les uns et les autres réagissent. C'est une journée (mardi) importante, l'entraînement demain matin (mercredi) le sera également. Mais là, j'ai une idée assez précise. » Une idée assez précise, Noah et son équipe s'en feront une également sur les Japonais une fois qu'ils auront étudier une vidéo sur la team chère à Kei Nishikori, grand absent du week-end côté Japon. Le capitaine des Bleus ne part pas totalement dans l'inconnu pour autant. « Je vois le type de joueurs que c'est. Les Japonais sont rapides, capables de se déplacer vite, de maintenir une cadence, mais à ce niveau-là, ils jouent un peu loin de la ligne de fond. Maintenant, sur une rencontre, ces gars peuvent sortir de bons coups, aller chercher des balles impossibles, le public rentre dedans, notre joueur peut se tendre un peu... » Noah aura malgré tout bien du mal à nous faire croire que Yoshihito Nishioka et Taro Daniel, classés respectivement 85eme et 114eme au classement ATP, constituent un réel danger pour l'équipe de France. Même à la maison...

 
82 commentaires - Tennis : A deux jours de Japon-France, Noah en remet une couche sur Monfils
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]