France : Noah et « l'erreur » de Monfils

France : Noah et « l'erreur » de Monfils©PANORAMIC, Media365
A lire aussi

Media365, publié le 17 février

Mercredi, lors de l'annonce de la composition de l'équipe de France qui défiera le Canada au premier tour de la Coupe Davis début mars en Guadeloupe, Yannick Noah, le capitaine des Bleus, a évoqué différents thèmes d'actualité. Morceaux choisis.

Ses relations avec les joueurs depuis sa nomination« Il y a déjà eu quelques recadrages. Mais les règles sont définies à partir du moment où on sera ensemble. Depuis quelques années, il y a eu un mode de fonctionnement qui n'est pas exactement celui que je préconise. Maintenant, mon travail commence la semaine prochaine. Mais j'ai eu quelques échanges avec certains… »

Le cas Gaël Monfils« Je pense qu'il n'a pas totalement réalisé ce qui se passait, il sortait d'un match. Vous le connaissez, il est généreux en conférence de presse. J'ai réagi à chaud car j'ai été pris de vitesse quand ses propos m'ont été rapportés, et forcément ce qui m'a été rapporté c'est tout ce qui pouvait être négatif. Et j'ai pensé que c'était un état d'âme du moment car ça ne correspondait pas du tout à ce qu'il m'avait dit les semaines précédentes et à ce qu'il m'a dit après. Pour lui, ses propos ont été sortis de leur contexte. Je pense qu'il y a eu une erreur de sa part et je pense aussi qu'il est très motivé pour ce premier tour. Gaël, on l'aime comme il est. J'espère qu'il comprendra qu'il n'a pas fait énormément de bien à l'équipe en faisant cette déclaration. »

L'ambition et les objectifs« Quand je suis arrivé, je savais qu'il y avait des énergies complètement négatives autour de cette équipe. Autour des joueurs. C'est pour ça qu'on perd. Le problème, c'est que pour l'instant je n'ai pas commencé, je ne fais que parler de choses négatives tout le temps. Je réponds à des questions négatives. On cherche le petit problème qui pourrait créer le buzz et on s'engouffre là-dedans et ça prend des jours. Je m'y attendais, ça c'est une chose. Par contre, ça fait quatre mois que je le vis. Donc là je suis prêt à aller à la Guadeloupe et à jouer ce putain de match. Qu'on joue quoi ! Nous, on est joueurs de tennis, ce qu'on aime c'est jouer, ce qu'on veut c'est être sur le terrain, se retrouver dans le vestiaire, se renforcer, se préparer à en découdre contre le Canada, se retrouver sur le court, etc. Voilà, c'est ça que j'ai envie de faire, c'est de ça dont j'ai envie de parler. Là on parle de tout sauf des matchs. Peut-être que ça vient de l'excitation, de l'envie de nous voir remporter cette Coupe Davis. Je suis accroché à ce rêve parce que quand bien même il y a cette énergie autour de l'équipe, je suis persuadé qu'on peut gagner cette année. J'y crois ! Avec cette équipe, avec ses problèmes, on peut gagner. Je suis très excité à l'idée de me retrouver mercredi soir à Pointe-à-Pitre avec les gars, faire un bon débriefing et partir le lendemain matin à l'entraînement ! Je pense que si on fait ça comme on sait tous le faire, on peut la gagner, vraiment ! Je dirais même qu'on doit la gagner ! Quand on gagne, c'est quand même mieux, il y a plus de sourire et les gamins ont plus envie de jouer. »

Sa relation avec la presse (suite aux différentes polémiques)« Je pense que la presse fait très bien son travail (rire dans l'assistance). Loin de moi cette idée (de critiquer la presse). Certains (journalistes) me connaissent depuis longtemps et étaient là quand j'étais junior. Je suis un peu rêveur. Parfois je me dis que parfois ce serait bien qu'on soit un peu ensemble. Je sais que la critique c'est bien, je sais que les joueurs font des boulettes, je sais que je fais des boulettes, tout le monde en fait mais j'ai cette espèce de truc… J'ai des souvenirs de fêtes qu'on a faites ensemble (avec la presse) quand on gagnait, c'est ça qui me plaît. Il y a des gens ici avec lesquels j'ai passé de très bons moments humains. C'est parce qu'on a gagné, c'est plus facile. Et ça, ça me plaît, j'aime. C'est ce que je recherche : partager avec le plus grand nombre. Et je pense que des fois, souvent, dans mon travail, les médias peuvent m'aider. Voilà ! Je ne demande pas d'aide, vous faites comme vous voulez, mais des fois il y a des situations où les médias m'ont aidé. Je ne demande rien. Si on veut être un champion, il faut aussi gérer ces paramètres-là. »

 
15 commentaires - France : Noah et « l'erreur » de Monfils
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]