Tsonga, entrée douloureuse

Jo-Wilfried Tsonga a eu toutes les peines du monde pour franchir le deuxième tour.

Jo-Wilfried Tsonga a eu toutes les peines du monde pour franchir le deuxième tour.

Jo-Wilfried Tsonga a eu recours au tie-break du dernier set pour dominer Denis Istomin (4-6, 6-1, 7-6), au deuxième tour du tournoi de Pékin, mardi. Une entrée en lice plus compliquée que celles de Richard Gasquet ou de Novak Djokovic dans la capitale chinoise. A Tokyo, Andy Murray a également réussi son retour à la compétition.

Pour son premier match depuis sa victoire à Metz, Jo-Wilfried Tsonga s’est fait peur. Le Français a en effet dû lutter durant trois sets face à Denis Istomin, au deuxième tour du tournoi de Pékin, et ne s’en est sorti qu’au jeu décisif dans la troisième manche après avoir concédé le premier set (4-6, 6-1, 7-6 [3]). Tête de série n°3 en Chine, le Manceau n’était donc pas loin de réaliser une très mauvaise opération en vue du Masters. Mais l’essentiel est assuré, et cette difficile mise en bouche pourrait être un mal pour un bien en vue de la suite.

Intraitable sur ses premières balles au cours de la première manche, Istomin a offert une vraie opposition à Tsonga. Au moins, ce dernier a pu se rassurer d’entrée sur son mental dans ce tournoi 500 au niveau très relevé, même si cette victoire très accrochée est aussi une alerte. Au prochain tour, il affrontera Nikolay Davydenko, un récent et bon souvenir puisqu’il avait été sa victime en demi-finale à Metz. Et s’il ne faut jamais se réjouir du malheur des autres, l’abandon de David Ferrer – qui était dans sa partie de tableau – devant Yen-Hsun Lu dégage quelques perspectives.

Gasquet sur sa lancée

Il est à noter que Tsonga n'a pas été le seul des favoris à s'imposer en trois manches. En effet, "Djoko" a lui aussi étiré son temps de jeu contre Michael Berrer. Le n°2 mondial et tête de série n°1 a quand même été beaucoup moins bousculé, contrarié simplement par un jeu décisif au deuxième set (6-1, 6-7 [3], 6-2). Celui qui s’en est le mieux sorti, finalement, se nomme Richard Gasquet. Deux jours seulement après avoir remporté le tournoi de Bangkok face à son compatriote Gilles Simon, le Biterrois a confirmé.

Visiblement pas atteint par quelque forme de fatigue que ce soit, Gasquet, tête de série n°5, a dominé Matthew Ebden en toute tranquillité (6-2, 6-4) en s’appuyant sur ses 68% de points gagnés derrière la deuxième balle adverse. Enfin, à Tokyo, Nicolas Almagro a chuté face au joueur local Tatsuma Ito en deux jeux décisifs (7-6 [4], 7-6 [5]). Si la tête de série n°5 est tombée, Andy Murray a en revanche justifié son statut de troisième joueur mondial en serrant le jeu contre Ivo Karlovic (7-6 [7], 6-4).

Pariez sur le Tennis avec PMU.fr, jusqu’à 170 euros offerts !