Tsonga, comme à la maison

 tsonga-finale-metz

Tsonga a survolé la finale à Metz. (Maxppp)

Avec une facilité déconcertante, Jo-Wilfried Tsonga a conservé son titre à Metz ce dimanche en dominant largement Andreas Seppi en finale (6-1, 6-2). Le n°1 français, ambassadeur du tournoi messin, a ajouté un neuvième trophée à son palmarès, le deuxième cette saison après Doha en janvier.

Jo-Wilfried Tsonga peut remercier Gaël Monfils. Pas seulement pour avoir animé la semaine au tournoi de Metz, dont il est l’ambassadeur. Surtout pour avoir épuisé Andreas Seppi en demi-finales. L’Italien s’était arraché la veille pour sortir le Parisien et il n’avait plus vraiment d’essence dans le moteur à l’heure d’affronter Tsonga en finale ce dimanche. Et le résultat est cinglant: le n°1 français, autoritaire sur le court, a conservé son titre en infligeant une petite correction à son adversaire (6-1, 6-2) en moins d’une heure.

Si Tsonga est bien le VIP du tournoi messin, il a tout fait pour que la finale soit à sens unique, comme pour démontrer qu’il est chez lui au Moselle Open. Pas question donc de relancer un adversaire au bord de l’asphyxie, la leçon de sa demi-finale contre Davydenko a été retenue. "J’ai fait un super match hier et j’ai eu juste un trou au milieu du deuxième. Au tennis, une baisse de régime comme ça et on le paie cher, a-t-il raconté après sa victoire sur Sport+. Mais aujourd’hui je fais un match plein. Ce n’est jamais plié avec ce genre de joueur, il faut rester concentré jusqu’aux derniers instants. Même quand j’ai frappé le dernier coup et même si je savais que la balle était bonne, je suis resté dedans." La preuve de son implication totale dans cette rencontre pour conserver son titre à Metz.

C’est d’ailleurs la première fois que ça lui arrive de gagner le même tournoi deux années de suite. Une expérience nouvelle qui lui a plu, forcément. "C’est la première fois que je défends un titre, c’est bien. Ce serait bien aussi que ça arrive plus souvent, et il y a d’autres titres à aller chercher", a-t-il lancé avec des yeux gourmands et avec sans doute une pensée pour le Masters 1000 de Paris-Bercy où il a l’habitude de briller. Ce titre à Metz, le deuxième de la saison après Doha en janvier, porte à neuf le nombre de trophées à son palmarès. "Ça commence à être sympa, a-t-il reconnu dans un sourire. On ne gagne pas souvent dans les gros tournois, on se fait sortir par les meilleurs, mais c’est bien d’avoir quelques petits titres." C’est bien la prochaine étape qu’il s’est fixée: frapper un grand coup dans les principaux tournois, notamment en Grand Chelem.

En attendant, Tsonga vient d’empocher 250 points précieux dans la course au Masters. Avec désormais un total de 2995 points, le Manceau, huitième à la Race et donc en position de dernier qualifié, s’appuie sur un petit matelas de marge (275 points) sur son plus proche poursuivant, Janko Tipsarevic. Nicolas Almagro, John Isner et Richard Gasquet restent des menaces moins sérieuses.

Pariez sur le Tennis avec PMU.fr, jusqu’à 170 euros offerts !