Federer en gestionnaire

Federer pourrait ne pas défendre son titre à Bercy. (Reuters)

Federer pourrait ne pas défendre son titre à Bercy. (Reuters)

Tenant du titre, Roger Federer pourrait faire l’impasse sur le Masters 1000 de Paris-Bercy, qui se joue cette année la semaine précédant le Masters de Londres. Le Suisse a également annoncé que la Coupe Davis ne serait pas sa priorité en 2013. A 31 ans, il entend faire des choix pour rester compétitif.

Arrivé à Bâle au cours des derniers jours, Roger Federer a évoqué son programme de fin de saison et celui des premières semaines en 2013. En conférence de presse, le Suisse a ainsi confié qu'il n'était pas sûr de tenir sa place au tournoi de Paris-Bercy, qui débute dans une dizaine de jours. Alors que le début du Masters de Londres est programmé au lendemain de la finale parisienne, le n°1 mondial a expliqué qu'il n'était pas certain de pouvoir jouer trois semaines de suite. Très attaché à l’épreuve qu’il dispute chez lui à Bâle, il pourrait donc choisir de zapper le dernier Masters 1000 de la saison, dont il est le tenant du titre, pour s’économiser avant le rendez-vous londonien.

L’autre annonce importante de Federer concerne son implication en Coupe Davis la saison prochaine. L’équipe suisse reçoit la République tchèque au premier tour à Genève début février, quelques jours après la finale de l’Open d’Australie. Et elle devra sans doute se passer de ses services. "J'ai prévenu la fédération que les chances de me voir jouer étaient basses. Quand je joue autant que lors des deux dernières saisons, ça devient difficile", a indiqué Federer, dans des propos repris par lematin.ch. Le Suisse a pour ambition de "rester dans le coup" en 2013. Ce qui lui impose de faire des choix et d’établir un programme bien précis. Comme souvent, il réservera sa décision jusqu’au dernier moment. Lors du succès suisse en barrage face aux Pays-Bas en septembre, il a expliqué que son engagement "dépendait de nombreux paramètres, comme le nom de nos futurs adversaires ou le lieu des rencontres".

Derrière ces mesures de précaution, Federer choisit de ménager sa condition physique. La saison dernière, il avait enchaîné, avec succès, le triptyque Bâle-Bercy-Masters, sachant qu’il avait au minimum une semaine de repos entre Paris et Londres. La refonte du calendrier et l’allongement de l’intersaison ont eu pour conséquence la suppression de cette petite plage de récupération avant le Masters. Mais à 31 ans, son ambition reste intacte: "Je suis heureux d'avoir pu atteindre les 300 semaines au rang de n°1 mondial. Cela m'inspire et me motive pour faire encore plus. Car si je peux être n°1 aujourd'hui, j'ai l'impression que je peux encore faire de grandes choses dans les années à venir."

Pariez sur le Tennis avec PMU.fr, jusqu’à 170 euros offerts !