Tennis : Comme Mathieu l'avait fait en 2002, Tsonga gagne son deuxième tournoi en deux semaines

Tennis : Comme Mathieu l'avait fait en 2002, Tsonga gagne son deuxième tournoi en deux semaines©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le dimanche 26 février 2017 à 16h26

Il n'y a rien à faire actuellement contre Jo-Wilfried Tsonga. Déjà impressionnant pour gagner Rotterdam la semaine dernière, le numéro 1 français a encore été irrésistible sur cette édition 2017 de l'Open 13 à Marseille, avec à la clé un deuxième trophée en deux semaines.

Une performance de grande envergure, puisque le dernier de nos représentants à avoir réussi à enchaîner deux titres en quinze jours, c'était Paul-Henri Mathieu en 2002 (Lyon et Moscou). A cette époque, le Strasbourgeois paraissait injouable, exactement comme son compatriote semble évoluer dans une autre dimension depuis deux semaines. En état de grâce, le Manceau avale ses adversaires en pratiquement moins de temps qu'il ne faut pour le dire, et la plupart peuvent s'estimer heureux quand ils arrivent à attraper quelques miettes au passage. Car le « Jo » actuel ressemble fort à un rouleau compresseur qui mange un à un les joueurs qui lui font face, sans à même prendre le temps de les mâcher. Lucas Pouille, comme avant lui Marchenko, Simon et Kyrgios, a pris de plein fouet dimanche la vague Tsonga. Jamais en danger face au Nordiste, le futur numéro 7 mondial au classement actualisé lundi a déroulé pendant les une heure et onze minutes qu'a durées cette finale expéditive et dominée de la tête et des épaules par le plus expérimenté des deux joueurs, vainqueur à l'arrivée sur le même score que lors du dernier face à face entre les deux hommes (6-4, 6-4). Particulièrement redoutable au service, le lauréat des éditions 2009 et 2013 du tournoi marseillais n'a jamais laissé l'opportunité au quart de finaliste du dernier US Open de faire le break.
Avec quatorze titres, Tsonga rejoint Gasquet
Sur la totalité de cette partie qui l'a vu rendre une copie parfaite une nouvelle fois, le Sarthois, intouchable sur ses mises en jeu, n'a d'ailleurs cédé que six points, dont un seul sur le second set. Comme un symbole, c'est sur son service le plus rapide de la rencontre (216 km/h) que Tsonga s'est offert ses trois premières balles de match. Et c'est évidemment sur un ace qu'il a obtenu le droit de soulever le trophée pour la troisième fois de sa carrière. Le Manceau, qui prend visiblement un malin plaisir à remporter l'Open 13 tous les quatre ans (il avait déjà gagné en 2009 et 2013), rejoint ainsi le Suisse Marc Rosset (1993, 1994, 2000) et le Suédois Thomas Enqvist (1997, 1998, 2002) au rang des joueurs trois fois sacrés dans les Bouches-du-Rhône. Tsonga devra en revanche patienter pour revenir à hauteur de Yannick Noah, vainqueur de 23 titres dans sa carrière. En attendant, il pourra toujours se consoler avec ce 14eme trophée qui lui permet de recoller à Richard Gasquet. « Je suis super heureux de gagner, je ne sais même pas trop quoi dire, j'ai joué un super tennis toute la semaine encore, comme la semaine dernière, savourait à chaud ensuite sur beIN Sport celui qui occupe actuellement la troisième place de la Race. Je n'ai pas trop été en danger, j'ai très très bien servi, et ça m'a vraiment aidé à chaque fois que ça a été un peu tendu. J'ai l'impression qu'à chaque fois que j'étais tendu, j'étais de plus en plus haut au service. » Si ce n'était qu'une impression. Mais depuis quinze jours, « Jo-Wiel » pratique un tennis somptueux et atteint des sommets. On donnerait beaucoup pour voir s'il sera capable de poursuivre sur sa lancée sur les prestigieux rendez-vous américains qui arrivent, mais il ne sait pas encore s'il sera du déplacement. Etant donné son mobile (sa compagne attend l'arrivée de leur premier enfant), il sera difficile de lui en vouloir s'il renonce à Indian Wells et Miami. Mais la déception serait grande malgré tout, car actuellement, tout semble permis à Tsonga.

En attendant le compte-rendu de cette finale, replongez-vous dans le live du match en cliquant ici


Marseille (France, ATP 250, dur indoor, 620 660 €)
Tenant du titre : Nick Kyrgios (AUS)


Finale
Tsonga (FRA, n°2) bat Pouille (FRA, n°4) : 6-4, 6-4

Demi-finales
Pouille (FRA, n°4) bat Gasquet (FRA, n°6) : 7-5, 6-3
Tsonga (FRA, n°2) bat Kyrgios (AUS, n°3) : 7-6, 2-6, 6-4

Quarts de finale
Gasquet (FRA, n°6) bat Monfils (FRA, n°1) : 6-7, 6-4, 6-2
Pouille (FRA, n°4) bat Medvedev (RUS) : 4-6, 6-1, 6-4
Kyrgios (AUS, n°3) bat Gombos (SLQ, Q) : 6-3, 6-3
Tsonga (FRA, n°2) bat Simon (FRA, n°7) : 6-4, 6-1

2eme tour
Monfils (FRA, n°1) bat Stakhovsky (UKR, Q) : 6-1, 6-4
Gasquet (FRA, n°6) bat Youzhny (RUS) : 7-5, 6-2
Pouille (FRA, n°4) bat Bedene (GBR) : 7-5, 7-5
Medvedev (RUS) bat Struff (ALL) : 6-3, 3-6, 7-6

Gomboš (SLQ, Q) bat Mahut (FRA) : 7-5, 3-6, 7-6
Kyrgios (AUS, n°3) bat Jaziri (TUN) : 6-4, 6-2
Simon (FRA, n°7)  bat Benneteau (FRA, WC) : 6-2, 2-6, 6-3
Tsonga (FRA, n°2) bat Marchenko (UKR) : 6-3, 6-3

1er tour
Monfils (FRA, n°1) - Bye
Stakhovsky (UKR, Q) bat Vesely (RTC) 6-2, 6-4
Youzhny (RUS) bat Tsitsipas (GRE, WC) : 6-1, 4-6, 7-5
Gasquet (FRA, n°6) bat Haase (P-B) 6-7, 6-3, 6-2

Pouille (FRA, n°4) - Bye
Bedene (GBR)  bat Mathieu (FRA) : 3-6, 6-1, 6-4
Struff (ALL) bat Chardy (FRA) : 6-3, 7-5
Medvedev (RUS) bat Paire (FRA, n°8) : 5-7, 7-5, 7-6

Mahut (FRA) bat A. Zverev (ALL, n°5) 7-6, 7-6
Gomboš (SLQ, Q) bat Donskoy (RUS, Q) : 6-1, 6-1
Jaziri (TUN) bat Kuznetsov (RUS) : 6-3, 6-3
Bedene (GBR) bat Mathieu (FRA) : 3-6, 6-1, 6-4
Kyrgios (AUS, n°3) - Bye

Simon (FRA, n°7) bat Khachanov (RUS) : 4-6, 7-5, 6-3
Benneteau (FRA, WC) bat Shapovalov (CAN, WC) 7-6, 6-4
Marchenko (UKR) bat Rublev (RUS, Q) : 6-1, 7-6 (8-6)
Tsonga (FRA, n°2) - Bye
 
2 commentaires - Tennis : Comme Mathieu l'avait fait en 2002, Tsonga gagne son deuxième tournoi en deux semaines
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]