Tennis - ATP - Marseille - Pouille : " Etre l'agresseur et non l'agressé "

Tennis - ATP - Marseille - Pouille : " Etre l'agresseur et non l'agressé "©Media365
A lire aussi

Rédaction , publié le dimanche 26 février 2017 à 10h33

Lucas Pouille, 23 ans, vient de remporter quatre matchs de rang pour se hisser en finale du tournoi de Marseille. Même si le jeune nordiste se réjouit de jouer le titre face à Jo-Wilfried Tsonga, il a conscience qu'il sera compliqué de faire chuter le numéro 1 français.

Lucas Pouille, vous voilà en finale de l'Open 13 Provence, vous qui n'y aviez encore jamais gagné un match cette année. Comme sensation, cela doit être plutôt agréable ?
Oui, je suis content d'être en finale ici à Marseille, en France. C'est toujours sympa de jouer devant son public, je suis vraiment content, avec les matchs que j'ai faits jusque là. Il n'en reste plus qu'un pour essayer de soulever le trophée.

Est-ce compliqué de jouer quelqu'un, comme Richard Gasquet, avec qui vous vous êtes entraîné sans arrêt et qui était votre partenaire de chambrée de ces cinq dernières semaines ?
Oui, c'est toujours compliqué de jouer un Français. Après, j'arrive à mettre ça de côté et à faire vraiment abstraction du match Français-Français (sic). Pour moi, une fois que l'on rentre sur le court, c'est un adversaire. On est énormément de Français dans les 100 et même les 25 ou les 30, donc c'est vrai que l'on est amené à se jouer régulièrement. Du coup, j'arrive à faire cette abstraction, je pense à moi et j'arrive à jouer comme si c'était un Serbe, un Espagnol ou peu importe : un étranger.
Pouille : « Avec Jo, on est deux mecs sympas »
Qu'allez-vous devoir essayer de faire pour gagner ce match contre Tsonga, sur lequel vous serez challenger ?
Ça va être important de bien servir, d'essayer de retourner un maximum de premiers services pour essayer d'entamer les points dans de bonnes conditions, et ne pas le laisser diriger l'échange. Parce que quand il met la main sur l'échange avec son coup droit, il est très difficile à contrer. Etre l'agresseur et non l'agressé, ça va être vraiment la clé du match.

Il va aussi falloir conquérir ce public, qui sera partagé...
Oui, j'imagine qu'il sera partagé pendant tout le match. On est deux mecs plutôt sympas, donc il n'y en a pas un qui est préféré à l'autre. C'est juste cette partie de jouer un Français en finale en France qui est dommage, parce que le public est du coup partagé, mais ça fait partie du truc, et je suis content de jouer Jo demain.

Vous savez que Jo supporte l'OM...
Oui, mais ça, ça sera demain soir (ce soir) (rires). Ce sera un autre match. Un match après la finale (rires).

Par l'Open 13 Provence

 
0 commentaire - Tennis - ATP - Marseille - Pouille : " Etre l'agresseur et non l'agressé "
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]