ATP : Pouille répond aux critiques de Giudicelli

ATP : Pouille répond aux critiques de Giudicelli©Panoramic, Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, publié le dimanche 02 juillet 2017 à 22h10

Alors que le président de la FFT l'avait critiqué lors du dernier Roland-Garros, Lucas Pouille lui a répondu ce dimanche à la veille du début de Wimbledon.

« Ce qu'il a manqué aux Français pour aller plus loin, c'est la grinta. Quand un coach dit qu'un joueur peut passer huit heures sur les courts sous 45°c et qu'il a des crampes au quatrième, c'est qu'il y a un problème ». Le 7 juin dernier, au micro de RMC, le nouveau président de la Fédération française de tennis Bernard Giudicelli avait vivement critiqué les tennismen français. Il avait notamment fait référence à cette phrase d'Emmanuel Planque, le coach de Lucas Pouille, qui vantait la résistance physique de son joueur (qui vit et s'entraîne à Dubai). Mais le Nordiste s'était fait éliminer dès le troisième tour de Roland-Garros en cinq sets contre Albert Ramos, la faute à des crampes à la main.
Pouille : « Quand on n'est pas sportif de haut niveau on ne peut pas comprendre »
Ce dimanche, à la veille du coup d'envoi Wimbledon, Pouille a évoqué cette petite phrase présidentielle auprès de L'Equipe et de RMC. « On peut toujours se permettre de dire des choses, mais quand on n'est pas sportif de haut niveau on ne peut pas comprendre. Cette personne-là, je sais de qui on parle, c'était aussi la première personne à me brosser dans le sens du poil. Je n'ai jamais voulu rebondir sur ce qui avait été dit, je pense que ça doit plutôt se passer en interne. J'étais honnête. Je n'allais pas le cacher, je n'allais pas dire que j'étais blessé et que j'avais perdu à cause de ça. J'avais eu du mal à gérer ce stress, ce qui m'a causé ces crampes. Je suis encore jeune, je dois apprendre. J'ai déjà enchaîné trois matchs en cinq sets sans avoir de crampes. A ce moment-là, on ne disait pas qu'il y avait aucun problème. Des gens qui parlent, y en a tellement que ça me passe un peu au-dessus. »
Un quart de finale à défendre à Wimbledon
Depuis cette défaite contre Ramos, Pouille a remporté le tournoi de Stuttgart en sauvant une balle de match durant la semaine. Preuve qu'il sait faire preuve de grinta quand la pression n'est pas à son paroxysme. Quart de finaliste de Wimbledon l'an passé, l'actuel n°16 mondial a 360 points à défendre pendant les deux prochaines semaines sur le gazon londonien. Voilà qui devrait lui mettre de la pression, et reste à savoir comment il va la gérer. Pouille débutera son tournoi mardi contre le Tunisien Malek Jaziri, 77eme mondial.

 
1 commentaire - ATP : Pouille répond aux critiques de Giudicelli
  • Et ce président il y connait quoi au tennis , avec son ventre c'est pas des crampes qu'il aurait mais un éclatement du ventre ..... bravo Lucas de le remettre a sa place ..... qu'il ne devrait pas avoir

    Ce bonhomme est clairement un incompétent...exemple parmi d'autre: forcer les joueurs/joueuses à jouer la coupe Davis, alors que le détail qui peut faire la différence est la cohésion et l'état d'esprit de l'équipe...hors, quelle va être la motivation d'un joueur qui vient parce qu'il est obligé?...Faut réfléchir, un peu....ou alors il ne connaît rien à "son" sport!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]