ATP : Au moment d'aborder son dernier grand tournoi, Mathieu en a gros sur le coeur

ATP : Au moment d'aborder son dernier grand tournoi, Mathieu en a gros sur le coeur©Media365
A lire aussi

Aurélien CANOT, publié le mercredi 13 septembre 2017 à 11h58

Paul-Henri Mathieu (35 ans) n'a même pas encore rangé définitivement sa raquette dans son placard qu'il se montre déjà nostalgique.

Dans quatre jours, le vétéran français de 35 ans disputera à Metz son dernier grand tournoi (il disputera ensuite le tournoi Challenger d'Orléans mais le Moselle Open constituera sa dernière apparition sur un ATP 250), et le Strasbourgeois semble avoir beaucoup de mal à l'idée de se dire que tout va très bientôt s'arrêter « Il est bizarre de se dire que c'est fini, reconnaît Mathieu dans le Républicain Lorrain. On a une sensation étrange. Les sportifs qui prétendent que la transition est facile sont malhonnêtes ou ils ont un secret ! Ce n'est pas évident... Je suis dans le tennis depuis tout petit. Mon rêve a commencé dès le plus jeune âge. Il y a de la nostalgie ! (...) Arrêter équivaut à quitter une famille : les joueurs, les journalistes, les responsables des tournois... »

Car même si l'actuel numéro 254 à l'ATP (il a occupé la 12eme place mondiale, à son meilleur classement en avril 2008) se félicite de faire ses adieux au haut niveau sur ce tournoi de Metz qui lui tient tellement à coeur, et ce pour diverses raisons, (« Je suis un habitué. Je n'en ai pas loupé énormément... Une année, je suis à deux doigts de remporter le titre contre Tursunov, j'ai fait aussi des demi-finales. C'est un tournoi que j'aime bien. Ce sera le dernier que je joue près de chez moi, en Alsace, mes parents peuvent venir. Tout ça est important. »), il ne fait plus aucun doute que cette saison sera la dernière pour Mathieu, pour qui est donc bel et bien venu le clap de fin. « C'est décidé, confirme l'intéressé. Dans un coin de ma tête, j'espérais faire un dernier bon Roland-Garros, mais j'étais cramé par les trois matches de qualification. Si cela avait été le cas, je me serai arrêté après. Etant donnée la manière dont le tournoi s'est déroulé, j'ai opté pour prolonger. »

Roland-Garros, ou le gros point noir de cette dernière tournée pour un « Polo » qui n'a toujours pas digéré que la FFT l'oblige à disputer les qualifications pour accéder au tableau final. « C'est dur, effectivement. Et clairement injuste ou incompréhensible. Beaucoup se sont émus que je ne reçoive pas d'invitation. J'ai dû passer par les qualifications. J'ai reçu plein de messages de soutien. » Ces mêmes supporters qui ont tout tenté dans leur courrier pour convaincre Mathieu de revenir sur sa décision, et de poursuivre sa carrière au moins une saison encore. En vain, car le temps est venu pour celui qui avait fait son grand retour sur les courts en début d'année 2012 à trente ans et après de longs mois de rééducation et une traversée du désert suite à l'obligation de passer par une ostéotomie tibiale pour repositionner sa jambe gauche dans l'axe. Pour le moment, le tennisman papa pour la deuxième fois depuis mars dernier ne sait pas encore vraiment ce que va lui réserver l'après-tennis. Mais il ne se dit fermé à rien. « Je vais rester un peu dans le milieu. Je pense que je peux apporter mon expertise sur différents plans. Je suis ouvert à tout car je ne suis pas du genre à demeurer inactif. Mais je vais aussi souffler pour profiter de ma famille. »

 
1 commentaire - ATP : Au moment d'aborder son dernier grand tournoi, Mathieu en a gros sur le coeur
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]