Gasquet reste dans l'ombre

Le Français s'est incliné face à Novak Djokovic. (Reuters)

Le Français s'est incliné face à Novak Djokovic. (Reuters)

Richard Gasquet n’est pas parvenu à remporter le premier Masters 1000 de sa carrière. Pour sa troisième apparition en final d’un tel tournoi, la première depuis 2006, le Biterrois s’est incliné dimanche soir à Toronto face à un Novak Djokovic trop fort pour lui (6-3, 6-2). Le Serbe conserve ainsi son titre décroché l’an passé à Montréal.

La Rogers Cup est décidément une affaire de spécialiste. Depuis 2003, Roger Federer l’a remportée deux fois, Rafael Nadal en a fait de même, Andy Murray a été le premier à y conserver son titre (2009 et 2010) et Novak Djokovic a mis tout le monde d’accord en soulevant le trophée pour la troisième fois de sa carrière, dimanche soir. Son adversaire, Richard Gasquet, n’est pas parvenu à bousculer les plans du n°2 mondial, grand favori d’un tournoi déserté par ses trois compères du Big Four. Invisible à ce stade de la compétition depuis 2006, et sa défaite ici-même face à Federer, Gasquet n’a pas pesé lourd dans une finale à sens unique (6-3, 6-2).

Auteur d’une très belle semaine, avec des victoires contre Tomas Berdych, Mardy Fish et John Isner en l’espace de deux jours, le tout récent médaillé olympique est resté sans solution face au problème Djokovic. Dans leurs confrontations, le Serbe en est désormais à sept victoires pour une seule défaite, et a raflé les onze derniers sets. Gasquet s’est rapidement procuré trois balles de break, mais c’était avant que Djokovic affirme sa supériorité en à peine plus d’une heure. "C’est un gros tournoi. J’ai ressenti un peu plus de pression. C’est difficile d’avoir Djokovic en face de vous quand vous ne jouez pas votre meilleur tennis. Il prend la balle très tôt avec son revers, c’est ce qui fait que c’est un joueur incroyable", explique le Français sur le site de l’ATP.

Pour sa troisième finale en Masters 1000, la première depuis une éternité, Gasquet rate ainsi l’occasion de remporter le plus beau titre de sa carrière, et accessoirement son premier trophée depuis le tournoi de Nice en mai 2010. Djokovic, lui, remporte son 12e Masters 1000. Il dépasse ainsi un certain Pete Sampras, mais reste à bonne distance de Nadal (21), Federer (20) et André Agassi (17). "Je suis content d’avoir pu rebondir après mes défaites aux Jeux Olympiques", explique le Djoker, qui n'avait plus gagné depuis Miami et remet un peu plus de pression sur Roger Federer au classement ATP. L’écart a diminué de 90 points, et n’est plus que de 75 unités. Bémol, Djokovic, finaliste l’an passé à Cincinnati, à nettement plus de points à défendre que Federer (600 contre 180), qui avait atteint les quarts de finale dans l’Ohio.

Pariez sur le Tennis avec PMU.fr, jusqu’à 170 euros offerts !

Le Sport sur votre mobile
en images
Comme un Roc Appliqué Djokovic fan de Monaco Tsonga passe l'obstacle Paire rate la paire
à lire aussi