La NHL vers un lock-out ?

Le coup d’envoi de la saison régulière en NHL, prévu le 11 octobre, pourrait être retardé en raison d’un lock-out. Le syndicat des joueurs a enfin répondu à la première proposition des propriétaires de franchises, formulée le mois dernier. Le nœud du problème: le partage des revenus. Si aucun accord n’est trouvé avant le 15 septembre, date d’échéance de l’actuel CBA, la grève sera inévitable.

Le lock-out est à la mode dans le sport américain. Après la NFL et la NBA l’an dernier, c’est désormais à la NHL de régler un conflit entre joueurs et propriétaires de franchises. L’actuel accord collectif - ou CBA (Collective Bargaining Agreement, ndlr) - entre les deux parties, qui avait été signé il y a sept ans et avait entraîné l’annulation de tout l’exercice 2004-05, arrive à échéance le 15 septembre prochain. Il y a donc urgence. Si aucun terrain d’entente n’est trouvé d’ici là, le coup d’envoi de la saison régulière, prévu le 11 octobre, sera vraisemblablement retardé.

Depuis plusieurs semaines, le syndicat des joueurs (NHLPA) et la NHL négocient pour éviter cette issue qui n’arrangerait personne. Comme en NBA il y a quelques mois, le nœud du problème est le partage de recettes générées par la ligue. Les patrons d’équipes ont été les premiers à formuler leur proposition, mi-juillet, et souhaitent réduire de manière drastique la part du gâteau réservée aux hockeyeurs, de 57% à 46%. Ils veulent aussi limiter la durée de leur contrat à cinq ans et faire en sorte qu’ils ne puissent pas devenir free agent avant d’avoir disputé dix saisons.

Crosby et les joueurs prêts à faire un effort

Il a fallu attendre mardi pour que le NHLPA réponde à cette offre. Réuni à Toronto, en présence notamment des stars Sidney Crosby (Pittsburgh Penguins), Alexander Ovechkin (Washington Capitals), Steven Stamkos (Tampa Bay Lightning) et Jason Spezza (Ottawa Senators), le syndicat s’est dit prêt à faire quelques concessions et à réduire légèrement sa part de revenus. Donald Fehr, le directeur exécutif de l’union, a indiqué que les joueurs pourraient céder jusqu'à 465 millions de dollars si la ligue poursuit sa croissance moyenne des dernières années. Un montant qui pourrait atteindre 800 millions de dollars si la NHL se développe au rythme des deux saisons passées.

"Nous pensons que la proposition des joueurs déposée aujourd'hui (mardi), une fois appliquée, peut stabiliser le marché, ce qui peut nous permettre d'aller au-delà des conflits de travail récurrents en NHL depuis vingt ans", a déclaré Donald Fehr. L’offre du NHLPA prévoit également un partage des recettes plus équitable visant à aider les franchises en difficulté. "La proposition répond bien aux problèmes de la ligue, a expliqué Sidney Crosby. On veut bien faire notre part pour aider les équipes qui en ont besoin, mais il faut aussi que les équipes soient responsables de leurs actes." Reste à voir ce que Gary Bettman, le commissionnaire de la NHL, en pensera.

Le Sport sur votre mobile
en images
Du style Hasek Cherchez l'intrus Rempart La défaite des machines Les deux genoux à terre
à lire aussi