Pas de quoi rougir...

Les Français ont été dominés par la Slovaquie. (Reuters)

Les Français ont été dominés par la Slovaquie. (Reuters)

L'équipe de France a manqué l'opportunité de rallier les quarts de finale du Mondial 2012. Dos au mur avant ce septième et dernier match de poule face à la Slovaquie, ce mardi, les Bleus se sont inclinés sur le plus petit des écarts (4-5) mais n'ont pas démérité et peuvent sortir de la compétition la tête haute.

L’issue est cruelle pour cette équipe de France qui avait su s’offrir un véritable huitième de finale contre la Slovaquie après avoir épinglé la Suisse et la Biélorussie, deux nations situées sept et trois crans au-dessus de sa 14e position dans la hiérarchie mondiale. Pour la première fois depuis 17 ans, les Tricolores auraient pu jouer les quarts de finale d’un Championnat du monde ; il leur fallait pour ce faire dominer avant la prolongation la 10e sélection du classement de l’IIHF. Une formation slovaque pétrie de talents et renforcée par quatre joueurs NHL - parmi lesquels Chara, le capitaine des Bruins - qui elle-même briguait dans cette rencontre une place dans le top 8 de la compétition.

L’issue est cruelle mais elle est logique, tant les hommes de Dave Henderson étaient rincés ce mardi. 24 heures après leur crispant succès sur les Biélorusses, les Français étaient appelés à un nouvel exploit, face à des Slaves qui eux n’avaient pas glissé depuis deux jours. Un déficit de fraîcheur qui a sans conteste pesé lourd dans les débats, d’autant que les partenaires de Laurent Meunier n’ont eu de cesse de patiner après le score… Menés 0-2 sur des réalisations de Milan Bartovic et Tomas Kopecky – le joueur des Florida Panthers – après sept minutes de jeu, les Bleus ont eu le don de se compliquer la tâche dans cette partie décisive.

Cristobal Huet (82,76%) n’était pas forcément dans un bon jour. Heureusement pour le suspense, Jan Lako (85,71%) non plus… Crédité de plus de 94% de réussite dans ses cages avant ce septième match de poule, le mur slovaque lui aussi a baissé pavillon deux fois dans le premier tiers-temps, surpris par Yorick Treille (1-2, 8e) et Teddy Da Costa (2-2, 16e). Dans le deuxième acte, le jeu du chat et de la souris s’est poursuivi, Michal Handzus ayant trouvé la faille en "power play" (2-3, 36e) avant la réponse de Damien Fleury en toute fin de période (3-3, 40e).

Même rengaine dans le troisième tiers où Antoine Roussel aura remis les pendules à l’heure (4-4, 45e) après la banderille slovaque plantée en contre par Branko Radivojevic (4-3, 41e). Seulement ce dernier attaquant se sera réservé le mot de la fin, d’un tir sec et lointain déclenché en supériorité numérique fatal aux prétentions tricolores (4-5, 51e). Les champions du monde 2002 seront donc des quarts de finale, comme les Canadiens, les Finlandais et les Américains, autres rescapés d’un groupe H particulièrement relevé. Un groupe dont la France termine finalement cinquième, avec l’assurance de jouer parmi l’élite une sixième année consécutive en 2013. Avec les honneurs…

Le Sport sur votre mobile
en images
Une pointe de regret À terre Quelle saison ! Au revoir championne ! Le repos des héros
à lire aussi