XV de France - 6 Nations - Camille Lopez : " Rivaliser avec les plus grandes équipes "

XV de France - 6 Nations - Camille Lopez : ©Media365
A lire aussi

Cédric ROUGER, publié le mercredi 25 janvier 2017 à 17h20

Camille Lopez fait son retour au sein du XV de France et compte bien rester sur la lancée de la tournée de novembre, alors qu'il n'avait pas été appelé dans un premier temps par Guy Novès.

Camille Lopez, comment ça se passe ces premiers jours avec le XV de France ?

« Ça se passe bien, on est très content de se retrouver depuis la tournée de novembre. On est plutôt axé sur la récupération depuis dimanche soir. Il y a des mecs qui ont encore joué dimanche comme les Toulousains donc est plutôt dans la récup' même si on est quand même allé sur le terrain ce matin, mais c'est plutôt tranquille pour l'instant. »

L'équipe de France va attaquer directement ce Tournoi des 6 nations avec un gros morceau, l'Angleterre, et à domicile. Comment tu appréhendes le match ?

« Oui c'est sûr qu'on va aller chez l'Angleterre chez elle, une équipe qui fait de très bons résultats depuis un petit moment. Nous on est sur la continuité de novembre et on va continuer à travailler, essayer de rectifier les petites choses qui n'ont pas été sur ce mois de novembre pour essayer justement de rivaliser avec les grandes nations comme l'Angleterre. »

Ça fait 12 ans que la France n'a pas gagné à Twickenham pendant le Tournoi. C'est une statistique qui a de l'importance ?

« Non ce n'est pas important. L'important c'est de bien travailler dans ces deux semaines pour justement rivaliser avec cette équipe et faire le plus grand match possible. L'important c'est de bien le préparer parce qu'on sait que ce sera très compliqué. »

C'était quoi le discours de Guy Novès qui vous a tous retrouvé dimanche ?

« C'était un discours de retrouvailles, forcément on a fait un petit bilan de la tournée de novembre pour voir ce qui était bon et ce qui ne l'était pas, pour qu'on avance. C'était ça les premières réunions pour ce stage. »

Dans ce groupe il y a le retour de Mathieu Bastareaud, qu'est-ce que tu en penses ?

« C'est vrai qu'il y a eu beaucoup de blessés, après ce sont les aléas du métier. Il faut faire avec, c'est sûr que c'est tristes pour les joueurs qui sont pas là mais c'est comme ça il faut continuer à avancer. Concernant Mathieu, il est bien. Il est arrivé hier donc on n'a pas eu trop le temps de le voir. C'est quelqu'un qui connait la maison, il a de l'expérience, et s'il est là aujourd'hui c'est qu'il a du talent. Il est en forme c'est vrai. De toute façon il suffit de regarder les matchs de Toulon et de voir les matchs qu'il fait. S'il est sur une bonne dynamique, espérons que ça continue avec l'équipe de France et qu'il puisse donner le meilleur de lui-même. C'est pas du tout le même profil que Wesley Fofana mais si les sélectionneurs ont fait appel à lui c'est qu'ils lui font confiance et lui saura le prouver sur le terrain. »

On te donne deux fois la possibilité de briller avec la tournée de novembre et maintenant le Tournoi. Est-ce que c'est une suite logique des performances que vous avez en club ?

« Je ne sais pas si c'est une suite logique, ce n'est pas moi qui vais faire le choix ce sont les coaches, donc on verra. En club on essaye de faire des bonnes choses, de bonnes performances. J'ai la chance d'évoluer dans une équipe qui tourne bien et avec laquelle on fait de bons matchs. Forcément c'est toujours plus évident de postuler en équipe de France quand tu fais de bonnes choses en club. Si je suis là aujourd'hui c'est grâce au travail en club et à mes co-équipiers, ce sont eux que je dois remercier. Mais c'est vrai que si j'ai la chance de jouer en équipe de France c'est toujours une grande fierté et ça ne s'arrêtera pas là. Après c'est le terrain et ce sera important de faire de bons matchs. »

Comment est-ce qu'on vit les allers-retours entre sélections et non-sélections comme c'est ton cas ?

« Il faut faire avec. On sait que ça fonctionne comme ça. Ça faisait un moment que je n'avais pas été appelé, il y a des épisodes qui se sont passés entre-temps. Comme je l'ai dit j'ai continué à travailler en club, à bien travailler avec le staff de Clermont et les collègues. Aujourd'hui j'ai la chance d'être rappelé et je vais tout faire pour rester dans ce groupe-là. Il y a une liste qui a été établie mais aujourd'hui il y a des joueurs qui sont sur cette liste et qui ne sont pas là aujourd'hui. La porte n'est fermée à personne. Moi à l'origine je ne faisais pas partie de cette liste et pourtant je suis là. Après à ceux qui n'y sont pas comme moi de faire le travail nécessaire et de montrer qu'on a envie de rester dans ce groupe-là. »

Admiratif de cette équipe d'Angleterre ?

« Non. On ne peut pas être admiratif quand on est une équipe concurrente. On est adversaire, on ne va pas se mettre à les admirer. Ce qu'il faut reconnaître c'est qu'ils font de très bonnes performances et que ça gagne. Nous aussi on fait de très bonnes performances mais à la fin ça ne gagne pas. On a ces choses-là à rectifier. Mais on va bien travailler pendant ces deux semaines pour essayer de faire un grand match. »

Les Anglais ont quand même beaucoup de casse, surtout au niveau des avants. Est-ce que ce ne serait pas le moment pour les prendre ?

« Je ne sais pas si c'est le moment. Nous aussi on a de la casse. Ce sont les aléas, que ce soit chez eux ou chez nous il y a des blessés. Ce sera simplement un gros défi qui nous attend malgré les blessures qu'ils ont. »

Ils sont tout de même encore en course pour réaliser un record d'invincibilité. Est-ce que c'est un objectif d'aller les stopper ?

« Non pour l'instant on ne s'occupe pas du tout de ça, ce sont des statistiques. Nous l'objectif c'est de gérer notre groupe avant de nous occuper d'eux et de leur stats. L'objectif c'est de rivaliser avec les plus grandes équipes et à nous de faire ce qu'il faut pour réaliser de grands matchs et pourquoi pas gagner. »

Tu parlais de cette faculté à faire de bons matchs en novembre mais à ne pas gagner. Est-ce qu'avec le recul il y a une analyse ? Ne pas avoir su tuer les actions ?

« Forcément, le constat est là. Sur les deux derniers matchs contre l'Australie et la Nouvelle-Zélande on doit brècher énormément. Que ce soit sur les deux matchs on les met à mal, mais on ne finit pas les coups. C'est là qu'on aurait pu tuer les matchs et on ne l'a pas fait. Je pense qu'il faut saisir l'occasion quand elle se présente et à ce niveau-là si tu ne les mets pas tu vois qu'à la fin tu perds le match. J'espère qu'on saura apprendre de ce mois de novembre pour rectifier ce point-là. »

 
1 commentaire - XV de France - 6 Nations - Camille Lopez : " Rivaliser avec les plus grandes équipes "
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]