Philippe Saint-André : " Le Top 14, une économie au détriment du XV de France "

Philippe Saint-André : " Le Top 14, une économie au détriment du XV de France "©Media365
A lire aussi

Rédaction Sport365, publié le lundi 11 avril 2016 à 20h06

Invité exceptionnel d'Alexandre Delpérier dans l'Access365 lundi soir sur Sport365 pour présenter son livre « Devoir d'inventaire », Philippe Saint-André est longuement revenu sur son expérience à la tête du XV de France, ses erreurs et ses regrets. Il adresse aussi un avertissement au rugby français qui, selon lui, doit faire sa révolution.

Les problèmes du rugby français
« On a un problème de calendrier, un problème de structure. Quand j'ai commencé, lors du premier Tournoi des VI Nations, j'avais fait faire un dernier tour de piste aux finalistes de la Coupe du monde mais j'avais pris deux joueurs : Wesley Fofana et Yoann Maestri. Ces deux joueurs avaient fait un premier Tournoi exceptionnel. Le constat trois ans après, c'est que ces deux joueurs ont fait 120 matchs et, donc, le système les avait complètement broyés. En Nouvelle-Zélande, ils auraient fait cinq saisons, c'est-à-dire 25 à 26 matchs par saison. Ils auraient pu progresser physiquement, progresser techniquement mais aussi faire un break, car le rugby reste un sport de combat. Le vrai problème, c'est qu'on a des gens qui font le calendrier, et qui font notre rugby, qui ne comprennent pas les nécessités du rugby de très, très haut niveau parce que, là, on ne gère pas de l'économie, on gère de la haute performance. Nous, on a vraiment des grands joueurs mais, actuellement un fonctionnement qui est très difficile pour eux. »
Un livre comme un constat
« Il y a eu tellement de choses écrites, vraies ou fausses, des ragots, des choses déformées. Et comme je ne suis pas le plus fort en communication, j'ai voulu l'écrire avec mes mots, mon ressenti, mes sentiments. C'est là, ça existe. J'aurai pu aller beaucoup plus loin mais il y a beaucoup de choses. C'est difficile parce que le constat fait que le Top 14 est une économie exceptionnelle, c'est un rugby qui a pris une importance telle au détriment du XV de France. J'ai envie qu'on remette l'église au milieu du village. »
Un scénario qui se répète
« J'espère que Guy Novès va faire beaucoup mieux. Mais si on ne change pas le système, tu es bien en novembre. En 2012, on est quatrièmes au classement mondial, on gagne les trois tests de novembre, on bat deux fois l'Australie, on bat presque la Nouvelle-Zélande. Tu es bien en novembre, tu es assez bien dans les deux premiers matchs du Tournoi des VI Nations et après tu fermes le ban. J'ai écrit ça avant le Tournoi de cette année et c'est exactement ce qu'il s'est passé. Je l'ai vécu deux fois. On gagne les deux premiers matchs du Tournoi, les joueurs sont en confiance, ils se sentent bien. Après deux matchs de haute intensité, les joueurs sont des serpillères, ils ont besoin de récupérer mais ils repartent en club, jouer souvent le gros match qui est le dimanche, avec le plus internationaux et tu rejoue le vendredi. Lundi, mardi, c'est place à la récupération. Le mercredi, on voyage et on fait un petit entraînement. Le jeudi, on fait le team run. Puis, le vendredi tu en prends 30 face au Pays de Galles à Cardiff. C'est d'une logique implacable. Je n'ai pas été bon, j'ai fait énormément d'erreurs, j'assume complètement. Je savais que c'était compliqué. Après, ce qui a été dur, c'est après la dernière Coupe du monde avec Marc Lièvremont, on a pratiquement douze à quatorze tauliers qui sont partis. Il a fallu restructurer, réorganiser, retrouver une génération. »
La lutte d'influence clubs-LNR-FFR
« Avec mes adjoints, on fait le tour de France mais il y a de clubs où on ne nous ouvre même pas la porte. A un moment donné, au bout de deux ans, il y avait à revoir le statut de l'équipe nationale avec la Ligue et la Fédération. J'avais proposé beaucoup de choses comme avoir 30 à 32 joueurs sous contrat. On voulait faire signer des joueurs (Fofana, Ouedraogo, Huget, Médard) sur un double projet : avec la Coupe du monde 2015 puis les JO 2016. Avec Jean-Claude Skrela, on avait mis quelque chose au point. L'aspect financier et la puissance des clubs et de la LNR ont posé problème. Le bras de fer, ils l'ont perdu. J'y ai cru car le président (Pierre Camou) voulait faire changer les choses, j'en avais l'impression. On a mis en place un petit truc bancal, un compromis à deux balles mais un compromis à la française. Le problème du rugby français, c'est un peu comme notre pays. On sait qu'il faut changer les choses mais on n'ose pas le faire. »
Le match contre l'Irlande, un échec
« Je me suis posé la question et, sincèrement, j'ai eu un espoir avec une vraie préparation avant le Mondial pendant sept ou huit semaines. On devait avoir douze semaines mais le Top 14 a glissé de quelques semaines. J'espérais qu'avec cette préparation, on allait rattraper le retard de ces quatre années. Contre l'Irlande, on est pris sur nos points forts, on n'a rien à manger. On défend pendant 70 minutes puis on explose. C'est le match que je pensais qu'avec cette préparation Coupe du monde, on était capable de rivalise avec les Irlandais, pourquoi pas les Argentins et faire une demi-finale. Pour jouer les All Blacks, l'Australie ou l'Afrique du Sud, on n'était pas invités. »
Un avertissement au rugby français
« Je ne me voyais pas refuser le rôle de sélectionneur du XV de France. Je ne suis pas quelqu'un d'aigri. Je l'ai fait, je me suis battu, j'ai fait des erreurs, je l'ai fait avec ma détermination, avec ma passion. Ça a été compliqué, on a perdu en quart de finale de Coupe du monde. Maintenant, bon vent à Guy Novès ! Ce livre, c'est aussi dire aux dirigeants de la LNR et de la FFR « bougez-vous », le rugby a évolué. Quand passé pro, on s'est dit pourquoi faire le Tournoi des VI Nations, la France et l'Angleterre vont gagner, ce sont les deux grosses nations. On s'aperçoit depuis huit à dix ans, ce sont les Irlandais et les Gallois qui gagnent car ils ont optimisé leur petit potentiel à 150% sur leur équipe nationale. Nous, l'équipe nationale est le deuxième choix quand on voit que Guy Novès va partir en Argentine sans les demi-finalistes, sans les meilleurs français des quatre meilleurs clubs français. Ils sont sourds d'une oreille et n'entendent rien de l'autre. »
Des regrets au bout de quatre ans comme sélectionneur
« J'ai des regrets surtout que quatre saisons de sélectionneur, c'est une saison de Top 14 donc ça va très, très vite. Sincèrement, j'ai fait une erreur en ayant fait faire le Tournoi des VI Nations de trop à la génération 2011. Au lieu de ne lancer que Fofana et Maestri, j'aurai dû lancer une dizaine de joueurs pour arriver en Coupe du monde avec des joueurs qui ont beaucoup plus d'expérience. Ça passe tellement vite et le niveau de blessures qui a augmenté de 30 ou 40%. J'ai voulu mettre une charnière en place et on s'aperçoit qu'on ne peut jamais. Je n'ai pas eu plus de temps que le sélectionneur géorgien ou samoan. On est une des plus grandes économies du rugby mondial mais au niveau de la disponibilité des joueurs avec le staff des Bleus, on est dans la deuxième zone et, à partir de là, on s'aperçoit que c'est devenu très compliqué car le rugby est un sport de combat, un sport d'une logique implacable. »

 
15 commentaires - Philippe Saint-André : " Le Top 14, une économie au détriment du XV de France "
  • A l'attention de ceux qui mettent à jour les résultats du "RUGBY" :

    En TOP 14 : dans la rubrique "calendrier/résultats", ce serait bien de changer le jour, le mois et l'année (01/01/1970 actuellement) et passer tout de même au nouveau siècle !!!!! ça ne fait pas sérieux

    Ensuite, dans le classement du TOP 14, CLERMONT a 75 points et non 74 (une victoire et un bonus offensif, ça fait 5 points !!!!, donc 75, il faudrait quand même suivre...............

    De plus, il m'est pratiquement impossible de mettre un commentaire, je n'ai plus l'accès!!!!

  • ce nullos giscardien devrait retourner chez les rosbifs

  • C'est vrai qu'il a un palmarès d'enfer ils est connaisseur

  • Attention, si comme certains le souhaitent on revient à un TOP 12, avec les 4 premiers qualifiés on ne va qu'accentuer l'appel du fric et de la Bling Bling star. Le championnat n'aura plus d'intérêt car on retrouvera systématiquement les clubs business pour les phases finales. Le manque de compétitivité de l'équipe de France est uniquement lié au fait que les joueurs français n'ont plus de temps de jeu face aux armadas étrangères. Quel que soit l'entraineur rien n'y fera. Dommage un si beau sport. Dommage aussi de lire certains propos de sportifs canapé "bien avertis" qui ne savent toujours pas qu'une des valeurs principale du rugby, c'est le respect et l'humilité. Adessias Gabachou

    D'accord avec toi,Gabachou. Ce sport est en train de crever de chercher à singer l'affairisme du foot.

  • C vrai, le top 14 anéanti l'équipe de France

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]