Maxime Mermoz : « PSA ? Je ne veux pas évoquer ce personnage »

Maxime Mermoz : « PSA ? Je ne veux pas évoquer ce personnage »©PANORAMIC, Media365
A lire aussi

publié le 9 février

Maxime Mermoz a fait son grand retour avec le XV de France contre l'Italie samedi. Auteur d'une bonne entrée en jeu, le trois-quarts centre du RC Toulon revient sur le match très moyen des Bleus et évoque les objectifs pour la prochaine échéance contre l'Irlande.

Maxime Mermoz, quel est l'état d'esprit du groupe avant le match face à l'Irlande ?On veut corriger toutes les erreurs qu'on a pu faire et apprendre du haut niveau, pour certains un peu plus. On veut aussi retrouver le terrain samedi en faisant un meilleur match sur tous les registres et essayer de rivaliser contre les Irlandais.

Le manque d'agressivité du XV de France contre l'Italie a-t-il été mis en avant par le staff ?Ça a été évoqué oui. On a été un peu trop attentiste et on les a laissés jouer. Ça nous a fait mal. On n'allait pas assez les chercher. Si on fait ça contre les Irlandais, ça sera pire que contre l'Italie.

« Le rôle des joueurs qui rentrent est d'apporter quelque chose »
Vous avez fait une bonne entrée. Vous-a-t'on donné la consigne d'aller les chercher plus haut ?Pour moi, le rôle des joueurs qui rentrent en cours de match est d'apporter quelque chose. C'est aussi d'avoir un oeil extérieur et un peu plus lucide. Il n'y avait aucune consigne particulière. En regardant la première mi-temps, je trouvais qu'on n'était pas trop mal mais qu'on pouvait aller un peu plus les chercher et les faire jouer sous pression. Là, on réagissait à ce qu'ils faisaient alors qu'il fallait impulser. Simplement, je me suis mis dans mon rôle à mon poste du moment, deuxième centre. Il fallait retrouver un petit plus de niaque pour leur poser des problèmes et se donner la chance de disputer des ballons.

Comment se passe votre retour en équipe de France ?Je n'étais pas assis dans mon canapé à attendre... Mais viser le plus haut niveau fait partie de tout objectif d'un compétiteur. Ça s'est passé vite. Ce qui est bien, c'est que j'ai retrouvé un groupe plein d'envie donc je suis arrivé avec le sourire.

« Les Irlandais arrivent à user leurs adversaires »
Comment avez-vous pris le fait que Philippe Saint-André vous ait décrit comme un traître dans son livre ?Ça m'a fait sourire pour plein de raisons et je n'ai pas envie d'évoquer ce personnage.

Guy Novès vous a-t-il fait un retour sur votre prestation face à l'Italie ?Il a un mot à chaque fois pour tous les joueurs, que ce soit positif ou négatif, dans l'idée d'être meilleur encore la semaine suivante. S'il nous dit des choses individuellement, ça doit rester entre nous. Je ne pense pas que vous ou d'autres personnes aient besoin de le savoir.

Savez-vous pourquoi l'Irlande est une bête noire du XV de France ?Il faut demander aux spécialistes rugby (rires), ce n'est pas mon rôle. Tout ce que je peux dire, avec mon regard de joueur, c'est que cette équipe joue avec beaucoup de convictions, beaucoup de vitesse. Des fois, ils se retrouvent à un contre trois et ils gardent le ballon en dépensant beaucoup d'énergie. Ils arrivent à user les adversaires. Cette équipe est très joueuse. Ils ont une intelligence situationnelle qui leur permet de combler des déficits physiques. C'est-à-dire que, lorsqu'ils jouent contre des équipes très costauds devant, avec leur déplacement et leur intelligence, ils gagnent les matchs.

« Je m'entraine toutes les semaines comme si j'allais jouer un match entier »
Vous ne jouerez pas avec l'Irlandais Paul O'Connell qui vient d'annoncer sa retraite, avez-vous des regrets ?Oui, c'est dommage, c'est un grand monsieur et un grand joueur. J'ai pu le croiser à Toulon lors de la photo officielle. Il a beaucoup de charisme et ça aurait été plaisant de le côtoyer parce qu'il avait l'air de vouloir amener quelque chose et de contribuer au rayonnement du club.

Il y a une incertitude autour de la présence de Gaël Fickou, est-ce que le staff vous a demandé de vous tenir davantage prêt ?Je ne me tiendrai pas plus ou moins prêt. Je m'entraîne toute les semaines comme si j'allais jouer un match entier et on ne peut pas avoir un autre état d'esprit.

 
1 commentaire - Maxime Mermoz : « PSA ? Je ne veux pas évoquer ce personnage »
  • Il a une bonne analyse des atouts de l'Irlande. Pour ce qui est de PSA, il a raison de ne pas revenir sur les horreurs écrites dans le bouquin, c'est du passé.
    Un sportif doit regarder vers l'avenir.

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]