Top 14 - Stade Français : Et maintenant, la grève !

Top 14 - Stade Français : Et maintenant, la grève !©Media365
A lire aussi

Aurélie SACCHELLI, publié le mardi 14 mars 2017 à 17h51

Les joueurs du Stade Français se sont mis en grève illimitée ce mardi afin de protester contre la fusion de leur club et du Racing 92.

C'est un épisode de plus du feuilleton lancé lundi matin avec l'annonce de la fusion du Racing 92 et du Stade Français dès la saison prochaine. Ce mardi, les joueurs du club parisien ont décidé à 99,8%, de se mettre en grève illimitée, une première dans l'histoire du rugby professionnel en France. Pascal Papé, emblématique deuxième ligne du Stade Français et meneur de la « fronde » anti-fusion a annoncé que les conditions n'étaient pas remplies pour que les joueurs continuent à s'entraîner et jouent à Castres samedi à 18h30 en Top 14 (21eme journée). « On demande l'annulation de la fusion », a fait savoir Papé, qui a déposé un préavis de grève après une réunion a duré environ 2h30, avec les dirigeants de Provale, le syndicat des joueurs, dont Robins Tchale-Watchou, le président, et Serge Simon, vice-président de la FFR et ancien patron de Provale.

Du foot en guise d'entraînement pour les joueurs du Stade Français

Dans l'après-midi, RMC révélait que les joueurs parisiens avaient joué au football sur la pelouse du stade Jean-Bouin en guise d'entraînement. Leur coach Gonzalo Quesada, qui a annoncé depuis plusieurs semaines qu'il quittera le club en fin de saison, leur a fait savoir qu'il soutiendrait ses joueurs jusqu'au bout, et qu'ils pouvaient faire l'entraînement qu'ils souhaitaient ce mardi.

Le flou règne sur la fin de saison

Cette fusion a fait l'effet d'un tremblement de terre dans le monde du rugby français et de nombreuses questions se posent autour de la fin de cette saison 2016-17. Le Stade Français, sauf retournement de situation, est à l'abri de la descente (13 points d'avance sur le 13eme) et ne jouera pas les phases finales (11 points de retard sur le 6eme). Mais à quoi vont ressembler ses six derniers matchs, d'autant plus si les joueurs font grève ? Quant au Racing, qui compte six points de retard sur le sixième, pourra-t-il compter sur les cinq points de la victoire bonifiée, qui pourrait lui permettre de se qualifier pour les barrages, lors du match sur le terrain du Stade Français (s'il se joue...) le 29 avril prochain ? Pour le moment, le flou le plus complet règne. Et la Ligue nationale de rugby n'a pas encore décidé si elle repêche le 13eme du championnat ou donner une place supplémentaire à un club de Pro D2 pour compenser la fusion des deux clubs parisien et francilien. Les prochains jours et les prochaines semaines s'annoncent passionnantes.

 
37 commentaires - Top 14 - Stade Français : Et maintenant, la grève !
  • Comment 45 joueurs ont pu voter la grève à 99.8 % ? Un mystère de l'arithmétique la plus basique ? seule 1 vote contre sur 500 aurait pu donner ce résultat.
    A part ça, je suis Castrais... et on fait quoi pour samedi ? on prend 4 points pour forfait ? on va à la pêche ?

  • Les joueurs ont raison de faire grève car de toute façon la partie est perdue d'avance . Il suffit de regarder à Bourgoin pour voir la disparition du club après l'abandon de celui ci par Martinet .
    Le professionnalisme tue les clubs qui n'ont plus les moyens financiers .

  • Pauvres joueurs qui sont des gamins...ils croyaient au monde des bisounours,aux paillettes,aux show-business !La réalité,est la professionnalisation et son corollaire,l'argent !Le résultat : la performance et bien sûr la drogue pour y arriver,c'est hélas le triste et véritable contat.

  • un club de n'importe quel sport, ce sont des jeunes qui apprennent leur jeu favori avec des éducateurs et des entraineurs, mais aussi du personnel qui s'occupe de la gestion, des jardiniers et j'en passe, que vont devenir ces personnes, si vous avez une solution dites la moi à part s'inscrire à pôle emploi, on est capable de vouloir organiser les JO, alors aider ces deux clubs à s'en sortir!!!

  • la grève n'est jamais une solution, elle est juste l'expression d'un malaise qu va mobiliser 1/2 stade (le taux de remplissage de J. Bouin); la ligue et la fédé ont à statuer sur les conséquences en cas de matches non joués par le SF.
    la fusion est une affaire d'entreprises puisque le rugby est passé professionnel : la FNAC a racheté DARTY, le racing rachète le SF.
    côté joueurs, il me semble que le plus noble et le plus esprit rugby serait de jouer les matches restants en s'engageant au maximum, en créant une cellule joueurs + staff sportif et en demandant aux gestionnaires de ne plus s'occuper du sportif; pour reprendre l'expression de Papé, mourir les armes à la main, ça se fait sur le terrain

    "la fusion est une affaire d'entreprise" ... comme si cela était une fatalité !!?? la vérité qui s'impose à nous tous
    faut arrêter avec cette idéologie, la finance n'est qu'un moyen pas une finalité, il y a avant tout des hommes derrière une entreprise, qui sont seuls capables de savoir ce qui est bon pour leur avenir

    je peux être d'accord avec vous, mais comment vit aujourd'hui le SF ? si demain, son président arrête de mettre de sa poche, le club met la clé sous la porte et ce n'est pas une fatalité, c'est une réalité, avec les impacts économiques et sociaux d'une fermeture d'entreprise; encore une fois, une entreprise a besoin de clients et de chiffre d'affaires pour vivre, je ne parle pas de délocalisation pour engraisser des actionnaires.
    aujourd'hui, soit le SF trouve un repreneur (que cherche activement depuis plusieurs mois T. Savare, soit il est faillite, soit il fusionne ...
    l'impact va bien évidemment se ressentir sur la structure amateur, et là, la fédé a son rôle à jouer

    logique financiere avant la logique sportive!!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]